Communiqué de presse - DC064(2017)

L’enseignement des langues minoritaires n’est pas satisfaisant en Suède, mais des progrès ont été réalisés grâce au cadre juridique

Strasbourg, 11.05.2017 - Le cadre juridique a permis des améliorations concernant la promotion des cinq langues minoritaires de Suède : le sâme, le finnois, le meänkieli, le romani chib et le yiddish. Le nombre des communes appartenant aux régions administratives du sâme, du finnois et du meänkieli a augmenté. Cependant, d’après un rapport publié aujourd’hui par le Comité d’experts de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, l’interruption – à mi-parcours – de l’extension des régions administratives nuit à la mise en œuvre de la Charte dans son ensemble.

La situation des langues minoritaires dans l’enseignement reste insatisfaisante. L’offre d’un cours par semaine est jugée insuffisante pour répondre aux besoins et aux attentes des locuteurs, ainsi que pour le développement d’une véritable maîtrise des langues minoritaires et pour leur survie. Aucune formation des enseignants n’existe pour l’enseignement préscolaire, les six premières années de l’enseignement scolaire ni l’enseignement bilingue. Une politique structurée sur l’enseignement, la formation des enseignants et la production de nouveaux matériels pédagogiques est nécessaire pour garantir la protection de toutes les langues minoritaires.

Concernant les autorités judiciaires et administratives, des traductions des matériels et documents pertinents sont disponibles en ligne. Un fossé se creuse entre les obligations des autorités et la nécessité de fournir des interprètes et des traducteurs pour les langues minoritaires. Les autorités doivent prendre des mesures énergiques pour combler ce fossé. Pour ce qui concerne l’affichage et l’usage public des toponymes en sâme, en finnois et en meänkieli, des avancées ont été observées lors de l’actuel cycle de suivi.

Des problèmes subsistent dans le domaine des médias. La radiodiffusion et la télédiffusion en sâme et en finnois sont dans l’ensemble satisfaisantes, mais la place du meänkieli à la télévision est insuffisante. Le romani et le yiddish sont largement absents des médias, notamment à la télévision.

La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires est la convention européenne de protection et de promotion des langues utilisées par les minorités nationales. La Suède l’a ratifiée en 1997 et l’instrument est entré en vigueur pour ce pays en 2000.

Contact: Päivi Suhonen, Attachée de communication, Tél. +33 3 90 21 53 70

Direction de la Communication du Conseil de l’Europe
Tel: +33 (0)3 88 41 25 60
Fax:+33 (0)3 88 41 39 11
pressunit@coe.int

www.coe.int



 Haut de page