Améliorer la gouvernance des métropoles pour une meilleure qualité de vie

Strasbourg, 11.10.2013 – En présentant les conclusions de la Conférence internationale des villes capitales des Etats membres du Conseil de l’Europe, à Erevan, le 11 octobre 2013, John Warmisham, vice-président du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux, a souligné que « les capitales nécessitent de toute évidence un cadre réglementaire particulier ».

Confrontées aux défis de l’urbanisation croissante – transport, logement, pollution – les capitales et métropoles européennes font face à des responsabilités de plus en plus complexes qui nécessitent une reconnaissance particulière de la part des gouvernements nationaux. Cette situation requiert également une concertation efficace entre tous les niveaux de gouvernement et des compétences clairement définies.

Les participants ont débattu autour du thème de la conférence « Rendre la métropole proche des citoyens ». Ils ont souligné le potentiel des métropoles en tant que moteurs de la croissance économique à travers une planification et des investissements à long terme, et l’importance des nouvelles technologies comme outils permettant une meilleure participation des citoyens.

John Warmisham a également insisté sur la nécessité, d’une part, de structures légères permettant de réagir rapidement et, d’autre part, d’une vaste concertation. « Plus nous ferons participer nos citoyens, grâce à la fois à la démocratie représentative et à la démocratie directe, plus les décisions que nous prendrons seront appropriées et efficaces», a-t-il déclaré.

Dans ses conclusions, il a rappelé qu’une plus grande transparence dans la prise de décisions au niveau local est une condition préalable à une meilleure participation des citoyens et à une concertation plus efficace. Cette nécessité est d’autant plus marquée dans les grandes villes, où les prises de décisions sont nécessairement plus complexes et font intervenir un plus grand nombre de parties prenantes.

Dossier de la conférence



 Haut de page