DÉCLARATION DU BUREAU DU CONGRÈS

      condamnant le site web du Parti néerlandais pour la liberté (PVV) et appelant à une réaction adaptée de la part du gouvernement néerlandais (adoptée le 11 juin 2012)

      1. Le Bureau du Congrès a exprimé sa réprobation pour le site web lancé cette année par le Parti néerlandais pour la liberté (PVV), qui encourage les citoyens à rendre publiques leurs plaintes à l’égard des ressotissants d’Europe centrale et orientale qui vivent et travaillent aux Pays-Bas.

      2. En incitant à l’intolérance et à la discrimination, et en sollicitant les réactions négatives au sujet des personnes perçues comme des étrangers, ce site encourage un état d’esprit diamétralement opposé aux valeurs fondamentales du Conseil de l’Europe telles que la diversité, la tolérance et le respect.

      3. Le Bureau du Congrès est fermement convaincu qu’en ces temps de crise économique, alors que les réactions xénophobes à l’encontre des migrants et des résidents étrangers se multiplient, une telle attitude négative constitue une grave menace pour une société fondée sur les valeurs des droits de l’homme, du pluralisme, de la justice, de la solidarité et de la non-discrimination, et pourrait même conduire à des actes d’agression à l’encontre de communautés minoritaires.

      4. Par ailleurs, puisque le PVV est lié à la coalition au pouvoir, le Bureau estime que la position du gouvernement néerlandais selon laquelle la question de ce site web est davantage du ressort d’un parti que du gouvernement n’est pas conforme à l’esprit de la Convention européenne des droits de l’homme, ratifiée par tous les Etats membres, qui dispose que toutes les personnes vivant dans un Etat membre doivent être protégées contre la discrimination et les conséquences des discours de haine.

      5. Le Bureau, en conséquence de ce qui précède et conformément aux recommandations formulées par le Groupe d’éminentes personnalités du Conseil de l’Europe dans son rapport « Vivre ensemble : concilier la diversité et la liberté dans l’Europe du XXIe siècle » :

      a. se félicite du fait que de nombreuses communes néerlandaises, la délégation néerlandaise du Congrès et la délégation néerlandaise du Comité des Régions aient clairement exprimé leur opposition à ce site ;

      b. se joint au Secrétaire Général du Conseil de l’Europe, Thorbjørn Jagland, qui a appelé les principaux partis politiques et les responsables politiques néerlandais à se distancier explicitement de cette initiative, et

      c. demande au gouvernement néerlandais de dénoncer clairement le site et son message xénophobe, porteur de division.



 Top