Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe - Comité permanent

Recommandation n° 101 (2003) sur la mise en oeuvre de la Stratégie pan-alpine de conservation du Lynx (SPAC), adoptée par le Comité permanent le 4 décembre 2003

Le Comité permanent de la Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe, agissant en vertu de l'article 14 de la convention,

Eu égard à l'objet de la convention, qui consiste à assurer la conservation de la flore et de la faune sauvages ;

Considérant que le lynx d'Europe (Lynx lynx) est un élément fondamental du patrimoine naturel du continent ;

Constatant que la population du lynx dans les Alpes est encore morcelée et vulnérable ;

Conscient que la coopération internationale de tous les Etats alpins est nécessaire à la sauvegarde et à la gestion à long terme de l'espèce dans la région ;

Rappelant qu'un des objectifs de la convention est la conservation de la faune sauvage et de ses habitats naturels, en particulier des espèces dont la sauvegarde nécessite la collaboration de plusieurs Etats, et de promouvoir une telle coopération ;

Rappelant sa Recommandation n° 89 (2001), adoptée le 30 novembre 2001, sur la conservation du lynx européen dans les Alpes, et conscient que la mise en oeuvre de la Stratégie panalpine pour la conservation du lynx (SPAC) peut constituer une précieux outil pour remédier à la situation ;

Rappelant sa Recommandation n° 58 (1997) relative à la réintroduction d'organismes appartenant à des espèces sauvages, au repeuplement et à la consolidation des populations de tels organismes dans l'environnement ;

Soulignant la nécessité d'évoluer vers une gestion plus coordonnée de l'ensemble de la population du lynx dans les Alpes, et saluant sous ce rapport à la fois le Plan d'action pour la conservation du lynx en Europe soumis par l'Initiative européenne pour les grands carnivores, parrainé par le Fonds mondial pour la nature (WWF) (collection "Sauvegarde de la nature", n° 112) et la Stratégie panalpine pour la conservation du lynx (SPAC) (collection "Sauvegarde de la nature", n° 130) ;

Considérant que la Stratégie panalpine pour la conservation du lynx (SPAC) offre des lignes directrices saines aux autorités nationales compétentes dont la mise en oeuvre sera profitable ;

Désireux d'agir rapidement en faveur de la sauvegarde et de la bonne gestion du lynx dans les Alpes, et visant à long terme l'objectif de l'établissement et du maintien d'une population continue du lynx dans les Alpes, couvrant la plupart des habitats adaptés existants ;

Désireux d'éviter toute perte supplémentaire de la diversité biologique en Europe et de promouvoir la coexistence de populations viables du lynx dans les Alpes et du développement durable de ses zones rurales, et notant que la sauvegarde du lynx est compatible avec d'autres activités humaines telles que l'élevage et la chasse ;

Persuadé que la mise à mort illicite du lynx et d'autres activités illégales qui affectent l'espèce n'ont aucune place dans la gestion de cette espèce et devraient être activement combattues ;

Constatant les progrès réalisés dans la mise en oeuvre de la Recommandation n° 89 (2001) par certains Etats, et félicitant notamment la Suisse pour la réussite de la réintroduction du lynx dans l'est de la Suisse ;

Notant toutefois que la population panalpine du lynx ne peut voir le jour sans le développement de populations saines de l'espèce en Autriche et en Italie ;

Recommande aux Parties contractantes de la Convention de la région alpine :

    1. d'élaborer et d'appliquer de toute urgence des plans de gestion du lynx s'ils ne sont pas encore en place ;

    2. d'améliorer la communication et la coordination avec les pays voisins en matière de gestion transfrontalière des populations de lynx et, en particulier dans l’élaboration et la mise en oeuvre des plans d’action ; de mettre en place des mécanismes appropriés de coordination pour le lynx et d'autres grands carnivores de l'arc alpin ;

    3. de proposer, le cas échéant, une assistance technique pour les opérations de réintroduction du lynx dans d'autres pays alpins ;

    4. de renforcer les mesures de lutte contre la mise à mort illégale du lynx ;

Recommande que l'Autriche :

    5. crée un organisme national chargé de promouvoir, d'organiser et de coordonner les efforts de sauvegarde, de soutien et d'étude de la population autrichienne du lynx; établisse d'urgence, dans cette optique, un mécanisme efficace et d'envergure nationale de suivi du lynx ;

    6. sur la base des résultats du suivi du lynx, envisage la réalisation, le moment opportun, de projets de réintroduction ou de transfert; procède, dans cette perspective, aux études de faisabilité nécessaires ;

Recommande que l'Allemagne :

    7. fasse un suivi de la présence du lynx dans les Alpes allemandes ;

    8. évalue la faisabilité d'une réintroduction du lynx dans les Alpes, sans oublier une évaluation de l'adéquation des habitats et des aspects liés à la dimension humaine ;

Recommande que l'Italie :

    9. soutienne les mesures visant à améliorer un système de surveillance permanente du lynx en Italie, en accordant une attention particulière aux Alpes ;

Recommande que la Slovénie :

    10. évalue l'adéquation des habitats et le potentiel de dispersion du lynx dans les Alpes de Slovénie ;

    11. renforce les mesures de sauvegarde du lynx dans les Alpes de Slovénie ;

Recommande que la Suisse :

    12. améliore les rapports et la communication entre les différents groupes de la société intéressés par le lynx.



 Haut de page

 

  Documents liés
 
   Réunions