La « sécurité profonde » et la liberté d’expression sont la base de la démocratie, déclare Thorbjørn Jagland lors du Forum pour l'avenir de la démocratie

Erevan, 21.10.2010 – « Le Conseil de l'Europe a un rôle stratégique unique à jouer dans le renforcement de la bonne gouvernance démocratique au sein de l'espace européen, et ce à tous les échelons » : tel est le message principal émanant du Forum pour l'avenir de la démocratie.

La démocratie, ou plutôt la bonne gouvernance démocratique, est désormais intrinsèquement associée au respect des droits de l'homme ; mais elle est également reconnue comme la forme de gouvernance la plus efficace pour garantir la stabilité, la durabilité et le bien-être. « C'est ce que j'appelle la sécurité profonde. Pour parvenir à cette sécurité profonde, nous devons modifier notre état d'esprit, le rendre capable de s'adapter aux évolutions et cultiver l'ouverture au changement et à la diversité », a déclaré le Secrétaire Général.

Les débats sur la culture politique ont fait porter l'attention sur un certain nombre de situations inquiétantes en Europe, où l'altération des processus démocratiques est mise au service des objectifs parfaitement égoïstes de certains dirigeants. De telles situations portent atteinte à ce qui est au cœur même de la mission du Conseil de l'Europe, à savoir vivre ensemble égaux dans la dignité et voir la liberté d’expression garantie sur tout le continent.

Le Conseil de l'Europe possède une multitude d'acquis, d'outils et de programmes qui visent à renforcer la démocratie sur l'ensemble du continent et contribuent à faire vivre concrètement les principes démocratiques, par exemple grâce à l’éducation formelle et informelle aux droits de l'homme.

Les séances de travail consacrées aux questions juridiques ont ouvert des perspectives exaltantes au sujet des rapports entre démocratie et droit. La notion de droit à la démocratie a été examinée en profondeur, tout comme celle du droit, pour les citoyens, de prendre part à la vie publique en général. Les participants au Forum se sont posé la question de savoir s’il s’agit là d’un droit de l’homme fondamental devant être consacré par la Convention européenne des droits de l'homme ou de la pierre angulaire d'une éventuelle Charte de la bonne gouvernance démocratique du Conseil de l'Europe ?

En ces jours où le Conseil de l'Europe célèbre le 60e anniversaire de la Convention, le Forum a été l'occasion de réaffirmer que les valeurs et les principes consacrés par la Convention européenne des droits de l'homme et la jurisprudence de la Cour de Strasbourg constituent l'unique fondement sur lequel doivent reposer les solutions démocratiques apportées aux défis de notre époque. Les droits fondamentaux de la démocratie ne sont pas négociables : ils forment une part inaliénable de la culture politique démocratique », a conclu le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe.

Le Forum a invité l'ensemble des États membres du Conseil de l'Europe à atténuer le décalage croissant entre les engagements pris et leur mise en œuvre concrète, grâce à l'application d'une politique d'aide active et au recours à la coopération et au suivi à tous les échelons.

./..

Plus de 200 experts et acteurs sur le terrain, responsables politiques et administrateurs, représentants de la société civile et élus ont participé au 6e Forum pour l'avenir de la démocratie à Erevan (Arménie) du 19 au 21 octobre, où ils se sont penchés sur les principes et les défis à la démocratie en Europe.

Les conclusions du Forum seront disponibles sur www.coe.int/democracy.

Contact presse :

Estelle Steiner, Direction de la Communication, portable +33 6 08 46 01 57, estelle.steiner@coe.int



 Haut de page