Communiqué de presse - 374(2010)

La conférence de Messine adopte des méthodes novatrices pour lutter contre la corruption à la base

Messine, 07.05.2010 - Une conférence internationale sur « La lutte contre la corruption aux niveaux local et régional », organisée par le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe, le Comité des régions de l'Union européenne, la municipalité de Messine et la région de Sicile, le 7 mai à Messine (Italie), a discuté de méthodes novatrices pour lutter contre la corruption à la base et pour développer de nouveaux instruments pour un « comportement respectueux de la déontologie et de l'intégrité » à l'intention des administrations et des responsables politiques locaux et régionaux.

Les collectivités locales et régionales d'Europe – qui gèrent une grande partie des dépenses publiques – se heurtent actuellement à de nombreux problèmes liés à un niveau élevé de criminalité économique. Les régions, de plus en plus impliquées dans le cofinancement et la gestion de fonds européens, sont aussi exposées directement à la corruption. C'est pourquoi le Congrès du Conseil de l'Europe a examiné, avec le Comité des régions de l'Union européenne, des moyens de sensibiliser les intéressés à l'importance d’une plus grande transparence dans toutes les décisions relatives aux activités des communes et des régions.

« Des sondages d'opinion montrent que les maires et les élus locaux bénéficient d'une plus grande confiance publique que les hommes et femmes politiques aux niveaux national et européen. Cette confiance doit être un devoir et un engagement des élus au niveau territorial. Il est impératif de veiller à ce que notre société reste saine à la base et à ce que l'Etat de droit soit respecté dans nos collectivités locales », a déclaré Ian Micallef, président en exercice du Congrès du Conseil de l'Europe, à l'ouverture de la conférence.

Les participants à la conférence de Messine – responsables politiques, juges, fonctionnaires, associations, journalistes et hommes d'affaires - ont mis en lumière les initiatives qui peuvent être prises et ont formulé des suggestions en vue d'éliminer les conditions qui font croître la corruption. Parmi les pratiques efficaces présentées à la conférence, on peut citer : la révision des procédures de passation des marchés publics au niveau local ; l'instauration de nouvelles méthodes pour surveiller les processus décisionnels ; la mise en place de « pactes d'intégrité », applicables aux collectivités locales ; ainsi que la création d'agences anticorruption au niveau local.

« Il est urgent d'employer des mesures préventives telles que la possibilité de communiquer de manière anonyme des informations concernant la corruption, l'intégrité « en tandem », la mobilité obligatoire du personnel affecté à des postes sensibles, les analyses permanentes des risques ou la création d'organismes de lutte contre la corruption », a souligné le vice-président du Comité des régions, Antti Liikkanen.

La conférence a souligné l’intérêt de développer un nouveau code pour informer les politiciens locaux et régionaux sur la conduite à tenir dans leurs activités au quotidien. En même temps, les citoyens devraient être sensibilisés au comportement qu'ils sont en droit d'attendre de leurs élus.

Division de Communication du Congrès
des pouvoirs locaux et régionaux
Tel: +33 (0)3 90 21 52 40
Fax:+33 (0)3 88 41 27 51
congress.com@coe.int
www.coe.int/congress



 Haut de page