Communiqué de presse - 238(2010)

"Il faut affranchir l'histoire des distorsions politiques" affirme le Commissaire Hammarberg

Strasbourg, 22.03.2010 – « Les controverses historiques ne doivent pas prendre les droits de l’homme en otage. Des interprétations partisanes ou des représentations déformées des événements ont conduit à la discrimination des minorités, à la xénophobie et au renouvellement de conflits. Il est primordial de rechercher honnêtement la vérité » a déclaré Thomas Hammarberg, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, dans son dernier Point de vue publié aujourd’hui.

De flagrantes violations des droits de l’homme commises dans le passé continuent à peser sur les relations dans l’Europe d’aujourd’hui. Parfois, une connaissance véritable de l’histoire a favorisé la compréhension, la tolérance et la confiance entre les individus et entre les peuples. Dans d’autres cas, des atrocités sont niées ou banalisées, ce qui entretient les tensions.

« Il est toujours important d’assumer son histoire, et ce d’autant plus qu’elle est marquée par des atrocités et des violations massives des droits de l’homme. On ne peut fermer les yeux sur de tels crimes sans encourir de graves conséquences. Une impunité ou un manque de reconnaissance persistants au cours des générations suscite la rancœur chez ceux qui s’identifient avec les victimes et finit par empoisonner les relations entre des personnes qui n’étaient même pas nées lorsque se sont produits les événements en question» affirme le Commissaire

En mettant l’accent sur des événements passés dont l'interprétation est toujours controversée, le Commissaire affirme que davantage d'efforts sont nécessaires pour révéler la vérité. « Il est assurément indispensable d’établir la vérité sur les violations des droits de l’homme qui ont été commises afin d’instaurer l’état de droit dans toutes les situations d’après-conflit. Au sortir d’un conflit, cela est primordial pour pouvoir traduire les responsables en justice, offrir réparation aux victimes et faire en sorte que de tels crimes ne se reproduisent plus. »

Le Commissaire souligne également l’importance d’une éducation appropriée et la nécessité de développer les initiatives visant à encourager un enseignement de l’histoire privilégiant des perspectives différentes.

Les Points de vue ont été publiés en anglais, français et russe tous les quinze jours depuis avril 2006. Celui-ci est le dernier de la série et il peut être repris sans autorisation préalable à condition que le texte ne soit pas modifié et qu'il soit fait mention de la source comme suit : « Egalement consultable sur le site du Commissaire : www.commissioner.coe.int ».

Une nouvelle plateforme sera mise en place à partir du mois d’avril ; le Commissaire continuera à y publier régulièrement des articles sur les droits de l'homme.

Contact presse au bureau du Commissaire :

Stefano Montanari, +33 (0)6 61 14 70 37 ; stefano.montanari@coe.int

Bureau du Commisssaire aux droits de l’homme
Unité de communication

Tel: +33 (0)3 88 41 35 38
Fax:+33 (0)3 90 21 50 53

www.commissioner.coe.int
press.commissioner@coe.int



 Haut de page