Communiqué de presse - 229(2011)

La Grèce doit améliorer les conditions de rétention

Déclaration de Thorbjørn Jagland, Secrétaire Général du Conseil de l’Europe

Strasbourg, 18.03.2011 – Mardi dernier, le Comité européen pour la prévention de la torture (CPT) a publié une déclaration dans laquelle il fait état de très graves préoccupations quant aux conditions de rétention des migrants en situation irrégulière en Grèce.

Le CPT ne recourt que très rarement à la déclaration publique et ne le fait que dans des situations exceptionnelles. C’est pourquoi j’invite instamment les autorités grecques à prendre immédiatement des mesures en réponse aux préoccupations exprimées par le CPT.

Nous n’ignorons pas que la Grèce connaît de nombreuses difficultés, surtout avec la multiplication du nombre de migrants en situation irrégulière entrant sur son territoire par ses frontières terrestres. L’Europe doit se montrer solidaire et apporter à la Grèce le soutien nécessaire pour faire face à cet afflux de personnes. J’ai dit à plusieurs reprises que les pays européens devraient s’abstenir de renvoyer en Grèce des demandeurs d’asile et des migrants en situation irrégulière tant que des conditions de rétention convenables n’y seraient pas garanties. La Grèce peut compter, dans cette démarche, sur l’aide et le soutien pleins et entiers du Conseil de l’Europe. Je m’associe également à l’appel lancé à l’Union européenne afin qu’elle aide les autorités grecques dans leurs efforts d’amélioration des lieux de détention de leur pays.

J’ai écrit aujourd’hui au Premier ministre Georges Papandréou pour souligner l’importance de donner suite aux recommandations formulées par le CPT depuis 1997 et l’encourager à agir sans délai.

 

Direction de la Communication du Conseil de l’Europe
Tel: +33 (0)3 88 41 25 60
Fax:+33 (0)3 88 41 39 11

pressunit@coe.int

www.coe.int



 Haut de page