Communiqué de presse - 146(2010)

Les politiques migratoires européennes sont discriminatoires à l’égard des Roms

Strasbourg, 22.02.2010 - Les gouvernements européens ne traitent pas les Roms de la même façon que les autres migrants alors qu’ils ont tout autant besoin d’être protégés. Les migrants roms sont renvoyés de force dans des pays où ils sont exposés à des violations des droits de l’homme, déclare Thomas Hammarberg, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, dans son dernier point de vue.

Le Commissaire affirme que les directives adoptées par l’UE n’ont pas les mêmes effets sur les Roms que sur d’autres citoyens de l’Union. « Les dispositions protectrices de la directive sur la liberté de circulation sont beaucoup plus facilement mises à mal en ce qui concerne les Roms que d’autres groupes identifiables. Des expulsions de Roms contraires au droit communautaire ont eu lieu. Dans d’autres cas, les lieux d’habitation de familles roms ont été détruits pour les inciter à partir ‘volontairement’ ».

Le Commissaire Hammarberg souligne qu’il est inhumain de renvoyer les familles roms d’un pays à l’autre comme c’est le cas actuellement. Cette pratique est injuste tout particulièrement pour les enfants, dont beaucoup sont expulsés du pays même où ils sont nés et ont grandi. De plus, dans bien des cas, les expulsions entre pays de l’Union européenne ont également échoué, car les Roms se servent du droit de circulation qu’ils ont en tant que citoyens européens pour aller d’un pays de l’Union à l’autre.

« Les Etats qui dépensent actuellement des sommes considérables pour renvoyer les Roms dans leur pays d’origine feraient un meilleur usage de cet argent en finançant des mesures d’insertion sociale de ces personnes » a conclu le Commissaire.

Les points de vue du Commissaire paraissent tous les quinze jours en anglais, français et russe. Ils peuvent être repris sans autorisation préalable à condition que le texte ne soit pas modifié et qu'il soit fait mention de la source comme suit : « Egalement consultable sur le site du Commissaire : http://www.commissioner.coe.int ».

Les lecteurs peuvent commenter le point de vue directement sur le site web du Commissaire.

Contact presse au bureau du Commissaire : Stefano Montanari, +33 (0)6 61 14 70 37 ; stefano.montanari@coe.int

Bureau du Commisssaire aux droits de l’homme
Unité de communication
Tel: +33 (0)3 88 41 35 38
Fax:+33 (0)3 90 21 50 53
www.commissioner.coe.int
press.commissioner@coe.int



 Haut de page