Communiqué de presse - 112(2007)

Elections albanaises : une occasion manquée

TIRANA, 19.02.2007 – Les élections locales qui se sont tenues en Albanie le 18 février auraient pu être l’occasion d'organiser un scrutin pleinement conforme aux engagements et critères internationaux garantissant des élections démocratiques. Rendez-vous manqué. La journée a certes été calme dans l’ensemble, mais le vote a été entaché par des irrégularités de procédure et des tensions ont été observées çà et là. Telles sont les conclusions de la Mission internationale d’observation des élections (MIOE), rendues publiques aujourd’hui à Tirana.

Si les élections ont effectivement permis aux candidats de s’affronter dans une lutte ouverte, les partis politiques n’ont pas été à la hauteur des responsabilités que leur confère la loi et le climat électoral a été empreint d’incertitude et de défiance entre les principaux acteurs du scrutin.

« Le manque d’esprit constructif des partis politiques a fait resurgir les doutes que l’on avait pu avoir par le passé quant à leur volonté de coopérer pour garantir que les élections se déroulent conformément aux engagements de l’OSCE », a déclaré Jorgen Grunnet, qui conduisait la mission à long terme envoyée par le Bureau de l’OSCE pour les institutions démocratiques et les droits de l’homme (BIDDH).

La MIOE a appelé à une action énergique pour faire en sorte qu’un système fiable d'inscription sur les listes électorales soit mis en place avant le prochain scrutin et a enjoint les partis politiques à ne pas tirer exagérément profit de ce problème dans leurs débats.

Joseph Borg, s’exprimant au nom de la délégation du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe, a souligné que « bien que les candidats aient pu s’affronter dans une lutte ouverte, nous avons constaté de multiples irrégularités procédurales qui ont indûment privé de leur droit de vote de nombreuses personnes ».

D’une manière générale, l’enregistrement des candidats et des partis s’est fait sans encombre et ils ont pu exposer librement leurs opinions à l’électorat. Il reste que quelques personnes qui voulaient se faire inscrire comme candidats indépendants se sont apparemment heurtés à des obstacles injustifiés.

La couverture médiatique de la campagne a été équilibrée et les électeurs ont eu la possibilité de poser des choix éclairés entre les diverses alternatives qui leur étaient proposées. Le ton de la campagne s’est néanmoins détérioré au cours de la dernière semaine, en se focalisant sur des attaques personnelles ; quelques incidents violents ont même été notés.

Le jour de l’élection, les irrégularités de procédure ont été principalement liées à l’utilisation d’actes de naissance. La majorité des bureaux observés par la mission ont ouvert leurs portes avec du retard, faute d’avoir reçu la totalité du matériel nécessaire ou en raison de la désignation tardive des assesseurs.

L’encre apparente utilisée pour marquer les doigts des électeurs a été au centre d’une controverse, les partis d’opposition affirmant qu’elle était aisément effaçable. Des votes en groupe ont été fréquemment observés ; des cas isolés de votes par procuration et de votes multiples ont également été constatés. A Tirana, l’utilisation de couleurs similaires pour certains bulletins de vote a semé la confusion et il se peut qu'un certain nombre d’entre eux aient ainsi été insérés dans les mauvaises urnes, entraînant leur invalidation.

Unité de Communication du Congrès
des pouvoirs locaux et régionaux
Tel: +33 (0)3 90 21 49 36
Fax:+33 (0)3 88 41 27 51
congress.com@coe.int
www.coe.int/congress



 Haut de page