Communiqué de presse - DC022(2011)

EuroDIG 2011 : Il faut intensifier le dialogue multipartite sur la gouvernance d’internet

Belgrade, 01.06.2011 – Les participants au quatrième « Dialogue européen sur la gouvernance de l’internet » (EuroDIG 2011), se sont largement prononcés en faveur d’une intensification du dialogue multipartite sur la gouvernance d’internet, reconnaissant que ce modèle est le seul qui permettra de relever efficacement les défis posés par internet aux politiques publiques. Ils ont souligné que les manifestations comme le Forum sur la gouvernance de l’internet et l’EuroDIG – dont le concept se répand aux niveaux régional et national – pèsent déjà sur les décisions.

La conférence a rassemblé pendant deux jours plus de 500 participants – dont une centaine ont participé à distance grâce aux 12 plates-formes mises en place à plusieurs endroits en Europe – issus du secteur privé, des gouvernements, des organisations internationales, de la jeunesse, des médias, de la société civile et des milieux techniques et universitaires, qui se sont penchés sur des questions touchant les politiques publiques et les enjeux d’internet.

La nécessité de protéger la vie privée sur internet a souvent été évoquée au cours des débats. De l’avis général, il est important d’informer les utilisateurs de leurs droits ainsi que des conséquences de leurs actions lorsqu’ils gèrent leurs données personnelles en ligne, et cette action de sensibilisation incombe à la fois aux pouvoirs publics, aux acteurs d’internet et à la société civile. Il a été souligné que l’éducation des internautes, par exemple des utilisateurs des réseaux sociaux, figurait au premier rang des priorités.

Les discussions ont également porté sur la protection des ressources critiques d’internet en Europe, compte tenu en particulier du développement rapide du web, ainsi que du besoin de sécurité de l’infrastructure, étant donné que l’utilisation accrue d’internet et l’intensité du trafic du réseau engendrent des risques pour la qualité des services. C’est pourquoi il est nécessaire d’établir des procédures pour permettre une reprise rapide et sûre en cas d’attaque ou de panne. Il y a lieu également de définir les segments critiques et les menaces potentielles afin d’être en mesure de les neutraliser efficacement.

Pour la quasi-unanimité des participants, internet est un extraordinaire outil de démocratie, même s’il peut être utilisé à des fins contraires, et l’accès à internet devrait être considéré comme un droit fondamental. Il convient par conséquent de mettre en place des programmes pour aider les groupes vulnérables et marginalisés.

Les questions suivantes ont également été examinées au cours de huit séances thématiques : définition des informations à caractère privé, renforcement de la participation des individus au processus de développement d’internet, éthique, responsabilité des entreprises, nouveaux modèles économiques sur internet, maîtrise des outils informatiques, criminalité sur internet, présence de langues autres que l’anglais sur le réseau mondial.

Des comptes rendus de chaque débat sont disponibles sur le site www.eurodig.org. Les comptes rendus des différentes séances serviront à préparer les « Messages de Belgrade » qui seront présentés en tant que contribution de l’EuroDIG au Forum de l’ONU sur la gouvernance de l’internet, prévu à Nairobi en septembre 2011.

Lors de la séance d’ouverture, le Premier ministre serbe, Mirko Cvetković, a souligné l’importance d’internet pour le développement économique et noté que le développement de nouveaux services, comme l’administration électronique, la banque électronique et l’internet large bande, était essentiel pour les petites et moyennes entreprises. Pour la Secrétaire d’Etat à l’Agenda numérique, Jasna Matić, le fait que la Serbie accueille l’EuroDIG montre qu’elle s’intègre dans le mouvement européen, qu’elle est tournée vers l’avenir et consciente de l’importance des technologies de l’information et qu’elle s’attache à mettre en place les conditions nécessaires pour accélérer leur développement.

La Secrétaire Générale adjointe du Conseil de l’Europe, Maud de Boer-Buquicchio, a déclaré qu’il était indispensable de garantir la liberté sur internet, mais aussi de protéger les utilisateurs vulnérables en prévenant et en réprimant toutes les formes d’abus. Elle a souligné que le Conseil de l’Europe était favorable à la garantie d’un maximum de droits, avec le moins de restrictions possible, pour autant qu’un degré de sécurité suffisant soit assuré.

Vladimir Radunović, coordinateur des programmes éducatifs de DiploFoundation, a estimé qu’« internet n’est plus un phénomène technologique, mais un phénomène social. Les ingénieurs ne sont pas les seuls à avoir besoin des nouvelles technologies. Les questions juridiques, économiques et réglementaires devraient être laissées aux décideurs, aux entrepreneurs et aux utilisateurs d’internet, qui devraient les étudier dans le cadre d’un dialogue ouvert comme l’EuroDIG. J’espère que certains sujets examinés au cours de cette conférence feront aussi l’objet de débats au niveau local et que la Serbie prendra une part active aux discussions mondiales sur les questions relatives à la gouvernance d’internet. »

La conférence était accueillie par l’Administration de l’Agenda numérique de la République de Serbie et organisée par le Conseil de l’Europe, l’Office fédéral suisse de la communication (ОFCOM), DiploFoundation et l’Union européenne de radio-télévision (UER), avec l’appui du Registre national serbe des noms de domaine (RNIDS), de l’Agence nationale de régulation des communications électroniques (RATEL), d’EUnet et du centre de recherches « Petnica ».

EuroDIG était parrainée par Telenor, Huawei, Microsoft, Google, Switch, VeriSign, EUnet, ICANN, Ericsson, Affilias, RNIDS, USAID et IREX.

La prochaine conférence EuroDIG aura lieu en Suède en 2012. 

Pour de plus amples informations sur l’EuroDIG 2011, veuillez consulter le site www.eurodig.org.

Contacts pour les journalistes : Jaime Rodríguez, Conseil de l’Europe, jaime.rodriguez@coe.int +33 (0) 689 99 50 42

Direction de la Communication du Conseil de l’Europe
Tel: +33 (0)3 88 41 25 60
Fax:+33 (0)3 88 41 39 11

pressunit@coe.int

www.coe.int



 Haut de page