Résolution CM/ResDip(2008)5
concernant le renouvellement du Diplôme européen des espaces protégés
au parc national de Thayatal (Autriche)

(adoptée par le Comité des Ministres le 2 juillet 2008,
lors de la 1031e réunion des Délégués des Ministres)

Le Comité des Ministres, en vertu de l’article 15.a du Statut du Conseil de l’Europe,

Vu la Résolution (65) 6 instituant le Diplôme européen, telle qu’amendée par la Résolution CM/ResDip(2008)1 concernant le règlement révisé du Diplôme européen des espaces protégés ;

Vu la Résolution ResDip(2003)16 concernant l’octroi du Diplôme européen au parc national de Thayatal (Autriche) ; 

Prenant en considération le rapport de l’expert présenté à la réunion du Groupe de spécialistes sur le Diplôme européen des espaces protégés des 17 et 18 mars 2008 ;

Vu les propositions du Comité permanent de la Convention de Berne ;

Renouvelle jusqu’au 28 mai 2013 le Diplôme européen des espaces protégés au parc national de Thayatal ;

Assortit le renouvellement des recommandations suivantes :

1. dès réception des résultats de l’étude portant sur l’écologie de l’eau de la rivière Thaya, en liaison avec le fonctionnement du barrage de Vranov, le parc national de Thayatal, tout comme le parc national de Podyji en République tchèque, devra s’engager à mettre en œuvre les mesures proposées, avec pour objectif d’atteindre le seuil idéal de 2,4 mètres cubes par seconde d’ores et déjà fixé par les experts tchèques ;

2. considérant les quatre à cinq seuils artificiels qui existent sur le cours de la Thaya, envisager des travaux de renaturation sous la forme de rapides rocheux recréés sur une pente plus longue. En termes de priorité, c’est le seuil situé immédiatement en amont qui nécessite un tel adoucissement ;

3. assurer le financement et intensifier les projets de coopération et les actions transfrontalières entre les parcs nationaux de Thayatal et de Podyji, notamment dans la perspective de mesures indispensables concernant l’impact du barrage de Vranov ;

4. dans la perspective de l’installation spontanée d’espèces – loutre, castor et chat sauvage (étude actuellement en cours) –, il convient de documenter au mieux la présence d’animaux errants et d’envisager les milieux dans toutes leurs potentialités ;

5. développer l’utilisation de la ruine du château de Kaja dans le cadre des programmes éducatifs du parc national, en tant qu’exemple d’intégration de monuments historiques dans l’éducation à l’environnement.


 Haut de page

 

  Documents liés
 
   Réunions
 
   Documents connexes