Résolution CM/ResDip(2008)2
concernant l’octroi du Diplôme européen des espaces protégés
au parc national de Retezat (Roumanie)

(adoptée par le Comité des Ministres le 2 juillet 2008,
lors de la 1031e réunion des Délégués des Ministres)

Le Comité des Ministres, en vertu de l’article 15.a du Statut du Conseil de l’Europe,

Vu la Résolution (65) 6 instituant le Diplôme européen, telle qu’amendée par la Résolution CM/ResDip(2008)1 concernant le règlement révisé du Diplôme européen des espaces protégés ;

Vu les propositions du Comité permanent de la Convention de Berne ;

Prenant en considération le rapport de l’expert, présenté à la réunion du Groupe de spécialistes sur le Diplôme européen des espaces protégés (PE-S-DE(2007)2) les 8 et 9 février 2007, et la décision du Groupe de spécialistes concernant la candidature du parc le 17 mars 2008 ;

Ayant noté l’accord du Gouvernement roumain ;

Après avoir délibéré,

Accorde solennellement le Diplôme européen des espaces protégés au parc national de Retezat (Roumanie), en raison de son intérêt européen exceptionnel qui se caractérise par des paysages remarquables, des habitats très divers et une biodiversité importante, de grandes étendues de forêts vierges ou semi-vierges variées et très intéressantes, un statut de zone protégée à long terme, une faible exposition aux incidences environnementales et aux menaces extérieures, ainsi qu’un plan de gestion et une organisation efficaces ;

Place la zone précitée sous les auspices du Conseil de l’Europe jusqu’au 2 juillet 2013 ;

Assortit l’octroi de ce diplôme de la condition suivante :

– s’assurer qu’il n’y aura pas de nouveaux projets affectant l’hydrologie du parc et limiter l’impact des deux projets en cours ;

Assortit l’octroi de ce diplôme des recommandations suivantes :

1. réduire l’impact de la route en construction à la limite sud-est du parc ;

2. intensifier l’information sur le parc et sa valeur dans les centres d’accueil des visiteurs ainsi que dans le parc lui-même ;

3. être davantage impliqué dans l’aménagement du territoire, afin de favoriser une meilleure intégration des nouvelles constructions à proximité du parc ;

4. trouver des moyens pour continuer à soutenir le développement régional, par exemple dans la lignée du programme actuel de petites subventions ;

5. poursuivre et renforcer l'évaluation et la supervision des activités pastorales ;

6. suivre attentivement la restitution des forêts, afin de s’assurer que les nouveaux propriétaires sont pleinement informés des règles du plan de gestion forestière.


 Haut de page

 

  Documents liés
 
   Réunions
 
   Documents connexes