Délégués des Ministres

Ordre du jour annoté et Décisions adoptées

CM/Del/Dec(2011)1120 16 septembre 2011



1120e réunion (DH), 13-14 septembre 2011



TABLE DES MATIERES

LISTE DES PARTICIPANTS 3

A. Points généraux 5

B. Examen des affaires – Propositions de la Présidence 7

C. Classification des affaires 31

D. Contrôle de paiement de la satisfaction équitable 32

E. Plans d'action 32

F. Adoption des résolutions finales 34

ANNEXES 42

LISTE DES PARTICIPANTS

PRESENT / PRESENTS

The 1120th meeting of the Ministers’ Deputies opened on 13 September 2011 at 10.00 a.m. under the chairmanship of Ms E. Fuller, Deputy for the Minister for Foreign Affairs of the United Kingdom. / La 1120e réunion des Délégués des Ministres est ouverte le 13 septembre 2011 à 10h00 sous la présidence de Mme E. Fuller, Déléguée du Ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni.

(en gris, les experts invités des capitales)

ALBANIA / ALBANIE

Ms M. Gega

Ms L. Mandia

ANDORRA / ANDORRE

-

ARMENIA / ARMENIE

Mr S. Kartashyan

AUSTRIA / AUTRICHE

Mr S. Rutkowski

AZERBAIJAN / AZERBAIDJAN

Mr J. Mirzayev

Mr A. Gunashov

BELGIUM / BELGIQUE

Mr A. Cools

BOSNIA AND HERZEGOVINA /

BOSNIE-HERZEGOVINE

Mr Z. Martinović

Ms M. Muharemagić

Mr B. Babić

BULGARIA / BULGARIE

Mr A. Tehov

Mr A. Ananiev

CROATIA / CROATIE

Ms A. Djamić

Mr I. Mintas

Ms M. Bašić

CYPRUS / CHYPRE

Mr E. Evriviades

Mr S. Hatziyiannis

Mr T. Pittakis

Lord Lester of Herne Hill

Ms S. Joannides

CZECH REPUBLIC / REPUBLIQUE TCHEQUE

Mr M. Bouček

DENMARK / DANEMARK

Mr C. von Barnekow

ESTONIA / ESTONIE

Ms K. Tikenberg

FINLAND / FINLANDE

Mr P. Hyvönen

Ms T. Leikas-Botta

FRANCE

Mr F. Liétout

GEORGIA / GEORGIE

Mr L. Meskhoradze

GERMANY / ALLEMAGNE

Mr J. Holzenberger

GREECE / GRECE

Mr A. Dendoulis

Mr T. Zafeirakos

Ms I. Petropoulou

Ms O. Patsopoulou

HUNGARY / HONGRIE

Ms A. Tóth-Ferenci

ICELAND / ISLANDE

Mr J.L. Logason

IRELAND / IRLANDE

Mr R. Scannell

Mr J. Moloney

Mr S. Lawlor

ITALY / ITALIE

Ms P. Accardo

LATVIA / LETTONIE

Ms I. Reine

LIECHTENSTEIN

Mr D. Ospelt

LITHUANIA / LITUANIE

Ms U. Matulevičiené

LUXEMBOURG

Ms A. Kayser-Attuil

MALTA / MALTE

Mr A. Ghigo

MOLDOVA

Ms V. Agrici

MONACO

-

MONTENEGRO

Mr Z. Pazin

NETHERLANDS / PAYS-BAS

Ms E. Berends

Mr J. Rademaker

NORWAY / NORVEGE

Mr P. Wille

Mr J. Høvik

POLAND / POLOGNE

Mr J. Sobjack

PORTUGAL

Mr P. Neves Pocinho

Mr L. Sequeira

ROMANIA / ROUMANIE

Ms I. Cambrea

RUSSIAN FEDERATION /
FEDERATION DE RUSSIE

Mr I. Podolskiy

Mr V. Ermakov

Mr I. Maltsev

Ms N. Zyabkina

Mr M. Mikhaylov

Ms I. Koroleva

Mr M. Tokarev

Ms A. Devyatkina

Ms K. Panteleeva

Ms S. Yachevskaya

Ms M. Sosnina

Mr G. Matyushkin

SAN MARINO / SAINT-MARIN

Ms B. Para

Ms M. Bovi

SERBIA / SERBIE

Ms V. Radonjic-Rakic

Mr S. Carić

Ms V. Rodić

SLOVAK REPUBLIC / REPUBLIQUE SLOVAQUE

Ms S. Danová

Ms M. Pirošíková

Ms K. Čahojová

SLOVENIA / SLOVENIE

Mr D. Bergant

Ms B. Sušnic

Mr L. Bembič

SPAIN / ESPAGNE

Mr P. Desportes

SWEDEN / SUEDE

Mr C.-H. Ehrenkrona

Ms F. Tamas-Hermelin

SWITZERLAND / SUISSE

Mr C.-E. Held

Mr B. Gubler

“THE FORMER YUGOSLAV REPUBLIC OF MACEDONIA” / « L'EX-REPUBLIQUE YOUGOSLAVE DE MACEDOINE »

Ms D. Zafirovska

TURKEY / TURQUIE

Ms N. Erdem-Ari

Mr C. Kahyaoğlu

Mr Y. Yeşilada

Ms D. Akçay

Mr G. Seker

UKRAINE

Ms O. Pasheniuk

Ms V. Lutkovska

Ms I. Kushner

UNITED KINGDOM / ROYAUME-UNI

Ms E. Fuller; Chair

Ms K. Jones

*

* *

EUROPEAN UNION / UNION EUROPEENNE

Mr L.P. Tarin Martin

*

* *

A. Points généraux

Point a

Ordre du jour et approbation de l’ordre des travaux

Décisions

Les Délégués,

1. décident d’ajouter un nouveau point à l’ordre des travaux : 11.1 Comité du Budget – remplacement d’un membre au titre de la Fédération de Russie ;

2. approuvent l’ordre des travaux ainsi révisé.

* * *

Point 11.1

Comité du Budget

Remplacement d'un membre au titre de la Fédération de Russie
(CM/Del/Dec(2010)1101/11.1)

Décision

Les Délégués désignent M. Evgeny Kalugin en tant que membre ad hoc du Comité du Budget au titre de la Fédération de Russie jusqu’à ce que M. Andrei Kovalenko, membre sortant, soit remplacé définitivement, conformément à la procédure de nomination des membres du Comité du Budget.

* * *

Point b.

Surveillance de l'exécution des arrêts de la Cour européenne des droits de l'homme –

Projet de Rapport annuel 2011

CM/Inf/DH(2011)38 : Propositions pour le rapport annuel 2011

Décision

Les Délégués décident de reprendre l’examen de ce point lors de leur 1128e réunion (novembre-décembre 2011) (DH), en tenant compte notamment de l’évaluation des résultats des nouvelles méthodes de travail, prévue pour cette réunion.

* * *

Point c.

Préparation des prochaines réunions Droits de l’Homme

CM/Inf/DH(2011)32

Décisions

Les Délégués,

1. décident d’inscrire l’affaire Chypre contre Turquie avec débat à leur ordre des travaux de la 1128e réunion (novembre-décembre 2011) ;

2. décident de classifier dans le cadre de la procédure soutenue les affaires individuelles suivantes apparentées, concernant l'atteinte au droit de propriété et/ou au respect du domicile (biens situés dans la partie nord de Chypre) :

Application/ Requête

Case / Affaire

Judgment of / arrêt du

Final on / définitif le

15318/89

LOIZIDOU

18/12/96

 

16163/90

EUGENIA MICHAELIDOU DEVELOPMENTS LTD AND MICHAEL TYMVIOS

31/07/2003

22/04/2008

31/10/2003

01/12/2008

16219/90

DEMADES

31/07/2003

22/04/2008

31/10/2003

01/12/2008

16162/90

ALEXANDROU

20/01/2009

28/07/2009

28/07/2009 Friendly settlement / Règlement amiable

16094/90

ANDREOU PAPI

22/09/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011

18360/91

ANDREOU SOPHIA

27/01/2009

22/06/2010

06/07/2009

22/11/2010

16259/90

DIOGENOUS AND TSERIOTIS

22/09/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011

18405/91

ECONOMOU

27/01/2009

22/06/2010

06/07/2009

22/11/2010

19900/92

EPIPHANIOU AND OTHERS

22/09/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011

18403/91

EVAGOROU CHRISTOU

27/01/2009

22/06/2010

06/07/2009

22/11/2010

41355/98

GAVRIEL

20/01/2009

22/06/2010

06/07/2009

22/11/2010

37395/97

HADJIPROCOPIOU AND OTHERS

22/09/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011

39970/98

HADJITHOMAS AND OTHERS

22/09/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011

35214/97

HAPESHIS AND HAPESHI-MICHAELIDOU

22/09/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011

38179/97

HAPESHIS AND OTHERS

22/09/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011

18364/91

IOANNOU

27/01/2009

22/06/2010

06/07/2009

22/11/2010

43685/98

IORDANIS IORDANOU

22/09/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011

46755/99

IORDANOU ANTHOUSA

24/11/2009

11/01/2011

10/05/2010

20/06/2011

21887/93

JOSEPHIDES

22/09/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011

18407/91

KYRIAKOU

27/01/2009

22/06/2010

06/07/2009

22/11/2010

16682/90

LOIZOU AND OTHERS

22/09/2009

26/10/2010

24/05/2011

01/03/2010

11/04/2011

Request to refer it before the Grand Chamber / Demande renvoi devant la Grande Chambre

15973/90

LORDOS AND OTHERS

02/11/2010

11/04/2011

18361/91

MICHAEL

27/01/2009

22/06/2010

06/07/2009

22/11/2010

18406/91

NICOLAIDES

27/01/2009

22/06/2010

06/07/2009

22/11/2010

16091/90

OLYMBIOU

27/10/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011

36705/97

ORPHANIDES

DH-DD(2011)222E (9.1)

20/01/2009

22/06/2010

06/07/2009

22/11/2010

29092/95

RAMON

22/09/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011

46159/99

ROCK RUBY HOTELS LTD

DH-DD(2011)447E

22/09/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011

16160/90

SAVERIADES

22/09/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011

47884/99

SKYROPIIA YIALIS LTD

22/09/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011

16161/90

SOLOMONIDES

20/01/2009

27/07/2010

06/07/2009

22/11/2010

16078/90

VRAHIMI

22/09/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011

16654/90

ZAVOU AND OTHERS

22/09/2009

26/10/2010

01/03/2010

11/04/2011


B. Examen des affaires – Propositions de la Présidence

Il est rappelé que les Délégations avaient jusqu’au 2 septembre 2011 inclus pour proposer tout ajout ou modification.

L’état d’exécution des affaires ne figurant pas au présent projet d’ordre des travaux peut être obtenu auprès du Secrétariat ou sur le site du Service de l’exécution des arrêts et des décisions de la Cour européenne.

Affaire

Etat

Requête

1

GROUPE DRIZA

ALBANIE

33771/02

2

M.S.S.

BELGIQUE ET GRECE

30696/09

3

VASSILIOS ATHANASIOU ET AUTRES ET

GROUPE MANIOS

GRECE

50973/08

70626/01

4

A. B. ET C.

IRLANDE

25579/05

5

GROUPE OLARU

MOLDOVA

476/07

6

GROUPE KAPRYKOWSKI

POLOGNE

23052/05

7

ORCHOWSKI ET SIKORSKI

POLOGNE

17885/04

17599/05

8

GROUPE MOLDOVAN

ROUMANIE

41138/98

9

GROUPE KHASHIYEV

FEDERATION DE RUSSIE

57942/00

10

BURDOV N°2

FEDERATION DE RUSSIE

33509/04

11

GROUPE EVT COMPANY

SERBIE

3102/05

12

GROUPE HULKI GUNES

TURQUIE

28490/95

13

ULKE

TURQUIE

39437/98

14

YURIY NIKOLAYEVICH IVANOV ET GROUPE ZHOVNER

UKRAINE

40450/04

56848/00

15

KHARCHENKO

UKRAINE

40107/02

16

HIRST N° 2, GREENS ET M.T

ROYAUME-UNI

74025/01

60041/08

ALBANIE

Requête : 33771/02

Définitif le 02/06/2008

DRIZA c. Albanie

Procédure soutenue

33771/02 Driza, arrêt du 13/11/2007, définitif le 02/06/2008

7352/03 Beshiri et autres, arrêt du 22/08/2006, définitif le 12/02/2007

38222/02 Ramadhi et 5 autres, arrêt du 13/11/2007, définitif le 02/06/2008

45264/04 Hamzaraj n° 1, arrêt du 03/02/2009, définitif le 06/07/2009

12306/04 Nuri, arrêt du 03/02/2009, définitif le 06/07/2009

35720/04+ Vrioni et autres, arrêt du 29/09/2009, définitif le 29/12/2009 et du 07/12/2010, définitif le 11/04/20111

10508/02 Gjonbocari et autres, arrêt du 23/10/2007, définitif le 31/03/2008

6397/04 Bushati et autres, arrêt du 8/12/2009, définitif le 8/03/2010

Description des affaires : Problème structurel de non-exécution de décisions internes définitives, judiciaires et administratives, relatives au droit des requérants à la restitution ou l'indemnisation (pécuniaire ou en nature) de biens immobiliers nationalisés durant le régime communiste (violations de l'article 6§1 et de l'article 1 du Protocole n° 1). Absence de recours effectif à cet égard (violations de l'article 13 en conjonction avec l'article 6§1).

Ineffectivité des recours introduits par la loi sur la propriété pour obtenir une indemnisation (violation de l'article 13 en conjonction avec l'article 1 du Protocole n° 1).

Inaction des huissiers de justice dans l'exécution d'une décision de la Cour suprême reconnaissant le droit de propriété des requérants et ordonnant aux occupants de cesser leur occupation des terres sans titre (violation de l'article 6 § 1 et de l'article 1 du Protocole n° 1, affaire Bushati).

Défaut de sécurité juridique et d'impartialité de la Cour suprême (violations de l'article 6§1, affaire Driza).

Etat d’exécution avant la réunion : Mesures individuelles : Dans l'affaire Driza, un certificat définitif de propriété doit encore être délivré au requérant. Le paiement de la satisfaction équitable dans l'affaire Vrioni est également attendu. Dans l'affaire Gjonbocari la commission foncière locale a désormais exécuté l'arrêt de la Cour suprême, ainsi que requis par l'arrêt de la Cour européenne. Toutefois, considérant que les violations ont également trait à la durée de la procédure, des informations sont attendues sur les mesures prises pour accélérer la procédure toujours pendante concernant les revendications de propriété du requérant. Dans l'affaire Bushati, le Cour européenne a réservé sa décision sous l'angle de l'article 41. Des informations sur les mesures individuelles ont été fournies en date du 23 août 2011 dans des plans d’action : elles sont en cours d’évaluation.

Dans les autres affaires, plus aucune autre mesure individuelle ne semble nécessaire, vu que les autorités ont procédé à la restitution et à l'indemnisation accordées ainsi qu'au remboursement de la taxe de 10 %.

Mesures générales : Un plan d'action a été soumis le 2/05/2011. Conformément à la décision prise par les Délègues lors de leur 1115e réunion (juin 2011) (DH), le Secrétariat a préparé un mémorandum avec une évaluation détaillée de ce plan d'action.

Les mesures requises dans le cadre de l'affaire Gjonbocari pour remédier à la durée excessive des procédures civiles et à l'absence d'un recours effectif, sont examinées dans le cadre de l'affaire Marini (3738/02).

Notes

Les autorités ont mis en place un groupe technique de travail pour la rédaction du plan d'action. Elles ont également participé à une table ronde multilatérale organisée à Bucarest en février 2011 par le Service de l'Exécution des arrêts en collaboration avec le Ministère roumain des Affaires étrangères, avec le soutien du Fond Fiduciaire pour les Droits de l'Homme, sur le thème « Restitution / indemnisation des biens : mesures générales pour se conformer aux arrêts de la Cour européenne des droits de l'homme ».

Les travaux menés par ce groupe technique - qui ont été présentés oralement au Secrétariat à l'occasion d'une mission de coopération à Tirana le 7 avril 2011, financée par le Fond Fiduciaire pour les Droits de l'Homme – ont abouti à un plan d'action consolidé, approuvé par le Conseil des Ministres le 29/04/2011, transmis au Secrétariat le 2/05/2011.

Conformément à la décision prise par les Délègues lors de leur 1115e réunion (juin 2011) (DH), le Secrétariat a préparé un mémorandum avec une évaluation détaillée de ce plan d’action.

Lien vers les documents pertinents

CM/Inf/DH(2010)20 - Affaires concernant la non-exécution des décisions internes définitives en Albanie - Mesures générales visant à l'exécution des arrêts de la Cour européenne

DH-DD(2011)316 Plan d'action / bilan d'action

CM/Inf/DH(2011)36 – Affaires concernant la non-exécution des décisions internes définitives relatives aux droits des requérants à la restitution ou à la compensation pour les propriétés nationalisées sous le régime communiste.

Lien vers la dernière décision : 1115e réunion DH - 8 juin 2011

Décisions

Les Délégués,

1. se félicitent des différentes réformes envisagées par les autorités albanaises pour simplifier le cadre législatif et mettre en place un mécanisme d’indemnisation simple et clair, et notent avec intérêt l’élaboration d’une carte standard et la création d’une base de donnée informatisée qui recense les informations topographiques et la situation juridique de chaque demande d’indemnisation ;

2. invitent les autorités à apporter des précisions sur la procédure qui sera suivie pour définir le coût global du processus d’indemnisation ainsi que sur le calendrier prévisionnel y afférent ;

3. encouragent les autorités à accélérer la mise en place du fond d’indemnisation en nature et le parachèvement du processus de première inscription des biens au registre foncier pour l’ensemble du territoire de l’Albanie, qui revêt une importance cruciale pour la sécurité des titres de propriétés ;

4. soulignent également l’importance d’assurer l’existence d’un recours judiciaire contre les décisions administratives rendues sur les demandes d’indemnisation et réitèrent leur demande d’information sur l’applicabilité et l’efficacité des recours juridiques existants en cas de non-exécution des décisions internes définitives ;

5. décident de déclassifier le mémorandum (CM/Inf/DH(2011)36) préparé par le Secrétariat et demandent aux autorités albanaises de tenir le Comité régulièrement informé de la mise en œuvre du plan d’action, à la lumière également des questions soulevées dans le mémorandum.

BELGIQUE ET GRECE

Requête : 30696/09

Définitif le 21/01/2011 (Grande Chambre)

M.S.S. c. Belgique et Grèce

Procédure soutenue

Description de l’affaire : Violations constatées à l'encontre de la Grèce : Traitement dégradant subi par le requérant (un ressortissant afghan qui est entré sur le territoire de l'Union européenne par la Grèce et dont les empreintes ont été relevées à cet endroit, qui est ensuite arrivé en Belgique et a introduit une demande d'asile, puis a été retransféré vers la Grèce en vertu du Règlement « Dublin II »), en raison de ses conditions de détention au centre de détention attenant à l'aéroport international d'Athènes en 2009 (surpopulation, manque de lit/matelas pour dormir, ventilation insuffisante, défaut d'accès régulier aux toilettes, d'installations sanitaires et d'exercice en plein air) (violation de l'article 3).

Situation contraire à l'article 3 en raison de conditions de vie du requérant, due à l'inaction des autorités au regard de la situation dans laquelle il se trouvait depuis plusieurs mois, vivant dans la rue, sans recours ou accès à des installations sanitaires et dépourvu des moyens de subvenir à ses besoins essentiels (violation de l'article 3).

Enfin l'affaire concerne les déficiences des autorités grecques dans l'examen de la demande d'asile du requérant et du risque qu'il courait d'être expulsé à destination de son pays d'origine directement ou indirectement, sans aucun examen sérieux du bien-fondé de sa demande d'asile et sans avoir accès à un recours effectif (violation de l'article 13 pris conjointement avec l'article 3).

Violations constatées à l'encontre de la Belgique : Le transfert du requérant par la Belgique vers la Grèce, en application du règlement « Dublin II », l'a exposé aux risques des défaillances de la procédure d'asile en Grèce (violation de l'article 3).

L'expulsion du requérant, effectuée en pleine connaissance de cause par les autorités belges, l'a exposé à des conditions de détention et d'existence constitutives de traitements dégradants en Grèce (violation de l'article 3).

Le requérant ne disposait d'aucun recours en droit interne de nature à lui permettre à la fois de faire surseoir à l'exécution de la mesure litigieuse et d'obtenir un examen attentif et rigoureux des griefs tirés de l'article 3 (violation de l'article 13 combiné avec l'article 3).

Etat d’exécution avant la réunion : Mesures générales : En ce qui concerne la Grèce, des questions similaires concernant les conditions de détention ont été soulevées dans les affaires S.D. contre Grèce, n° 53541/07, du 11/06/2009, Tabesh contre Grèce, n° 8256/07, du 26/11/2009, A.A. contre Grèce, n° 12186/08, du 22/07/2010 et Kaja contre Grèce, n° 32927/03, du 27/07/2006 qui sont examinées conjointement avec l'affaire M.S.S.

En outre, le 15/03/2011, le Comité pour la prévention de la torture (CPT) a publié une déclaration publique relative à la Grèce sur le traitement et les conditions de détention des personnes privées de leur liberté et notamment sur la détention des étrangers en situation irrégulière.

Une lettre du 17/03/2011 du Secrétaire Général du Conseil de l'Europe a ensuite été adressée au Premier Ministre grec, par laquelle il a invité instamment les autorités grecques à prendre les mesures nécessaires afin d'assurer l'amélioration des conditions de détention des étrangers en situation irrégulière à la lumière des recommandations du CPT.

Mesures individuelles urgentes : la Cour européenne a estimé qu'il incombait à la Grèce de procéder à brève échéance à un examen du bien-fondé de la demande d'asile du requérant qui satisfasse aux exigences de la Convention et de s'abstenir, en attendant l'issue de cet examen, de tout éloignement du requérant (§ 402 de l'arrêt).

Le 07/02/2011, les autorités grecques ont fait savoir que le Président du Conseil juridique de l'Etat (Agent du Gouvernement) a contacté les services concernés (service d'immigration et service d'asile) pour les informer dudit arrêt et solliciter la mise en œuvre des mesures individuelles urgentes. Il a été demandé à ces services de localiser le requérant, vérifier sa situation actuelle et plus précisément ses conditions de séjour. De même, il leur a été demandé d'examiner les développements relatifs à sa demande d'asile.

Par une lettre datée du 14/04/2011, les autorités grecques ont indiqué que, malgré les efforts déployés par les services de police pour localiser le requérant (informations données à l'Agent du Gouvernement le 08/04/2011), celui-ci n'a pu être trouvé, ce qui a par conséquent empêché de donner suite à sa demande d'asile. En outre, les services sanitaires en cause ont confirmé à l'Agent du Gouvernement la disponibilité d'un logement si le requérant venait à se présenter. Cependant, il serait fort probable que le requérant ne soit plus en Grèce à l'heure actuelle : en vue d'obtenir le paiement de la satisfaction équitable octroyée par la Cour, le conseil du requérant a contacté les autorités le 23/02/2011 et a produit une procuration spéciale portant légalisation de la signature de son client par les autorités belges compétentes.

Par ailleurs, les autorités grecques ont indiqué que, d'après des informations qui restent à être officiellement confirmées, le requérant aurait introduit une demande d'asile auprès des autorités belges, dont l'examen serait en cours.

Le 09/05/2011, les autorités grecques ont fourni copie d'une lettre adressée au conseil du requérant, par laquelle elles confirment le paiement de la satisfaction équitable sur le compte bancaire indiqué par celui-ci. Elles ont également informé le conseil du requérant de leur volonté d'examiner la demande d'asile du requérant en priorité, conformément à l'arrêt de la Cour. Soulignant qu'il semblerait cependant que le requérant ne se trouve plus sur le territoire grec, étant donné que la recherche effectuée par la police n'a donné aucun résultat, les autorités ont demandé au conseil du requérant si son client souhaitait que son dossier soit examiné en Grèce. Dans l'affirmative, il lui a été demandé de communiquer son adresse actuelle, afin de le citer à comparaître devant les autorités compétentes. De plus, les autorités grecques l'ont informé de la disponibilité d'un logement.

Par courrier électronique du 19/05/2011, les autorités belges ont confirmé que la demande d'asile du requérant avait été actée le 24/02/2011. Le 21/03/2011, la demande a été transmise au Commissaire général aux réfugiés et apatrides chargé de l'examen des demandes d'asile. L'examen de la demande est actuellement en cours.

Le 20 juillet 2011, les autorités belges et grecques ont transmis leurs plans d'action respectifs.

Liens vers les documents pertinents :

DH-DD (2011)566F : Plan d’action transmis par les autorités belges

DH-DD (2011)567F : Plan d’action transmis par les autorités grecques

Liens vers la dernière décision : 1115e réunion DH - 8 juin 2011

DH-DD(2011)305F Informations fournies par les autorités grecques

DH-DD(2011)348F Informations sur les mesures individuelles (Grèce)

DH-DD(2011)670: Communication de la Grèce (Plan d’action sur la gestion de la migration)

DH-DD(2011)671E: Communication de la Grèce (Journal Officiel - 26/01/2011)

DH-DD(2011)672E : Communication de la Grèce (Journal Officiel - 22/11/2010)

Déclaration publique relative à la Grèce réalisée sur base de l’article 10, paragraphe 2, de la Convention européenne pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants, CPT/Inf(2011)10, 15 mars 2011

Lettre du Secrétaire Général du Conseil de l’Europe à l’attention du Premier Ministre grec datée du 17/03/2011 (http://www.coe.int/t/secretarygeneral/sg/speeches/2011/20110318.pdf)

Décisions

Les Délégués,

1. notent avec intérêt les informations fournies par les autorités belges et grecques dans leurs plans d’action respectifs en vue de l’exécution du présent arrêt, lesquels ont été transmis le 20 juillet 2011, dans le délai demandé par le Comité ;

2. notent aussi que la demande d’asile du requérant est toujours en cours d’examen en Belgique ; invitent les autorités belges à les tenir informés de l’issue de cette procédure, au titre du suivi tant des mesures individuelles que, le cas échéant, des mesures générales relatives à l’article 13 ;

3. saluent le fait que la Belgique a cessé les transferts des demandeurs d’asile dont la Grèce serait en principe responsable en vertu du Règlement (CE) n° 343/2003 du 18 février 2003 (le règlement « Dublin ») ;

4. prennent note avec intérêt des mesures présentées par les autorités grecques dans leur plan d’action et dans le plan d’action national sur la gestion des flux migratoires, notamment l’entrée en vigueur de la loi n° 3907/2011 « sur l'établissement d'un service d'asile et un service de premier accueil », destinée à mettre les conditions de détention et de vie des demandeurs d’asile comme la procédure d’asile en conformité avec les conclusions de la Cour dans le présent arrêt ; relèvent en outre les informations présentées par les autorités grecques en réunion sur les mesures à court terme relatives à l’amélioration des conditions de détention ;

5. invitent les autorités grecques à tenir le Secrétariat régulièrement informé des développements concernant la mise en œuvre de leur plan d’action ;

6. chargent le Secrétariat de préparer un mémorandum comportant une évaluation détaillée des plans d’action au plus tard pour leur réunion de juin 2012.

* * *

GRECE

Requêtes : 50973/08, 70626/01

Définitifs le 21/03/2011, 11/06/2004

VASSILIOS ATHANASIOU et autres

groupe MANIOS c. Grèce

Procédure soutenue

Description des affaires : Violations du droit à un procès équitable en raison de la durée excessive des procédures devant les tribunaux administratifs et le Conseil d'Etat et du droit à un recours effectif à cet égard (violations des articles 6§1 et 13). Dans l'affaire Vassilios Athanasiou et autres, la Cour a appliqué (pour la première fois concernant la Grèce) la procédure d'arrêt pilote identifiant un problème structurel confirmé par le fait que plus de 200 affaires de ce type -dont 100 environ uniquement devant les juridictions administratives- sont actuellement pendantes devant la Cour. Cette dernière a fixé un délai précis pour l'adoption d'un recours effectif ou une combinaison de recours effectifs au niveau national qui doivent être conformes aux critères établis par la jurisprudence de la Cour. En même temps, la Cour a décidé de poursuivre le traitement des affaires similaires pendantes devant elle. Il convient de rappeler que la Cour avait déjà souligné, dans le cadre de nombreuses affaires suite à l'arrêt Manios (voir arrêt du 11/03/2004), que la durée excessive des procédures administratives était un problème chronique.

Etat d’exécution avant la réunion : Dans sa Résolution Intérimaire (CM/ResDH(2007)74), le Comité des Ministres a pris note du grand nombre d'arrêts de la Cour constatant de la part de la Grèce une violation de l'article 6, paragraphe 1, et de l'article 13 de la Convention relatives à des durées excessives de procédures devant les juridictions administratives, notamment devant le Conseil d'Etat. Il a rappelé les réformes constitutionnelles, législatives et autres adoptées jusqu'à présent par les autorités afin de remédier au problème lié aux durées excessives de procédures devant les juridictions administratives mais a toutefois considéré que d'autres mesures générales étaient nécessaires afin de se conformer aux arrêts de la Cour. Ainsi, le Comité des Ministres a exhorté les autorités grecques à faire avancer l'adoption du nouveau projet de législation qui vise à accélérer les procédures devant toutes les juridictions administratives, à envisager des mesures additionnelles et à faire tous les efforts possibles pour accélérer l'adoption du nouveau projet de législation assurant un recours compensatoire et à garantir que ceci soit mis en œuvre conformément aux exigences de la Convention et de la jurisprudence de la Cour.

Par lettre datée du 25 juin 2008, les autorités grecques ont informé le Comité des Ministres qu'une nouvelle loi no 3659/2008 (intitulée « Amélioration et accélération des procédures devant les tribunaux administratifs et autres dispositions ») avait été adoptée. Ladite loi comportait des mesures concernant essentiellement la bonne organisation du déroulement de la procédure devant les juridictions administratives dans le but de raccourcir les délais pour l'examen des affaires (§ 47 de l'arrêt). Néanmoins le projet de loi intitulé « Compensation des requérants suite à des durées excessives de procédures judiciaires » n'a pas été promulgué à ce jour. La Cour, tout en reconnaissant que certains développements récents sont intervenus dans l'ordre juridique grec, a considéré que la Grèce devait mettre en place sans retard un recours ou une combinaison de recours au niveau national dans un délai d'un an à compter de la date à laquelle l'arrêt est devenu définitif (21 mars 2012).

Suite à l'arrêt pilote, par lettre datée du 05/05/2011 (DH-DD(2011)349), les autorités ont informé le Comité des Ministres des mesures prises visant à l'accélération des procédures devant les juridictions administratives : la loi n° 3900/2010 intitulée « rationalisation et accélération des procédures devant les juridictions administratives et autres dispositions » est entrée en vigueur le 01/01/2011. Conformément à cette loi, de nouvelles procédures ont été introduites afin de limiter le nombre d'audiences devant les juridictions administratives (par exemple identification des catégories d'affaires qui peuvent être examinées directement par le Conseil d'Etat en raison de leur importance). Enfin, les autorités ont indiqué que le Ministère de la Justice, prenant en considération l'arrêt Athanasiou, est en train d'envisager les mesures à adopter en vue de mettre en place un mécanisme national qui garantirait un recours effectif en cas de durée excessive de procédures internes, conformément aux exigences de la Convention européenne.

Lors de leur 1115e réunion (7-8 juin 2011), les Délégués ont pris note des informations précitées. Ils ont rappelé que le recours ou la combinaison de recours devaient être conformes aux principes établis par la Cour et s'appliquer aussi aux procédures devant le Conseil d'Etat. Soulignant l'importance de se conformer en temps voulu à l'arrêt pilote, ils en ont appelé aux autorités grecques compétentes afin qu'elles donnent la priorité à la recherche de solutions appropriées en vue de fournir une réparation adéquate et suffisante à toutes les personnes se trouvant dans la situation des requérants, dans le délai prescrit par la Cour (21/03/2012).

Plan d'action attendu (échéance 21/09/2011).

Lien vers les documents pertinents :

Résolution intérimaire CM/ResDH(2007)74 concernant des durées excessives de procédures devant les juridictions administratives grecques et l’absence de recours effectifs

DH-DD(2011)349E: Informations fournies par le gouvernement (Athanasiou)

Lien vers la dernière décision : 1115e décision DH - 8 Juin 2011

Décisions

Les Délégués,

1. rappellent l’importance d’exécuter en temps voulu l’arrêt pilote dans l’affaire Vassilios Athanasiou et autres ;

2. encouragent vivement les autorités grecques à poursuivre leurs efforts en vue de l’introduction d’un recours effectif contre la durée excessive des procédures administratives, conforme aux principes établis par la Cour européenne dans le délai qu’elle a fixé (21/03/2012) ;

3. encouragent également les autorités grecques à trouver des solutions appropriées en vue de fournir une réparation adéquate et suffisante à toutes les personnes se trouvant dans la situation des requérants dans le délai prescrit ;

4. décident de reprendre l’examen des questions soulevées par l’arrêt pilote à la lumière du plan d’action des autorités grecques, attendu au plus tard pour le 21 septembre 2011.

* * *

IRLANDE

Requête : 25579/05

Définitif le 16/12/2010

A. B. et C. c. Irlande

Procédure soutenue

Description de l’affaire : cette affaire concerne l'absence de dispositions législatives ou réglementaires instituant une procédure accessible et effective au travers de laquelle la requérante, souffrant d'un cancer rare, aurait pu faire établir si elle pouvait ou non légalement avorter en Irlande sur le fondement qu'elle risquait sa vie (violation de l'article 8).

Etat d’exécution avant la réunion : plan d'action soumis le 16 juin 2011 (voir DH-DD(2011)480).

Mesures individuelles : la Cour européenne a accordé à la troisième requérante une satisfaction équitable au titre du préjudice moral. Aucune autre mesure ne semble nécessaire.

Mesures générales : Le 16 juin 2011, les autorités irlandaises ont soumis un plan d'action selon lequel un groupe d'experts sera établi pour formuler des recommandations au gouvernement sur les mesures à prendre en exécution de l'arrêt. Le groupe d'experts sera formé d'ici novembre 2011. Un plan définissant le mandat, les membres et le calendrier des réunions de ce groupe d'experts sera soumis d'ici la fin de 2011.

L'arrêt a été publié et diffusé.

Notes : la Cour européenne a noté que « le seul motif pour lequel une femme peut avorter sans enfreindre la loi en Irlande est libellé en des termes généraux : l'article 40.3.3 [de la Constitution irlandaise], tel qu'interprété par la Cour suprême dans l'affaire X, prévoit qu'il est possible de subir un avortement en Irlande s'il est établi selon le critère de probabilité qu'il existe un risque réel et sérieux pour la vie (et pas seulement pour la santé) de la mère, y compris s'il s'agit d'un risque de suicide, qui ne peut être évité que par l'interruption de la grossesse” (§ 253).

La Cour européenne a aussi pris note de l’interdiction générale en droit pénal de l’avortement en Irlande en vertu de la loi de 1861 sur les infractions contre les personnes (Offences against the Person Act 1861 – « loi de 1861 »). Elle a jugé « … évident que les dispositions pénales de la loi de 1861 constituent lors du processus de consultation médicale un fort élément dissuasif tant pour les femmes que pour les médecins… » et que « à supposer que la troisième requérante et ses médecins eussent pris, au cours de la consultation médicale, [une] décision … [qui] aurait été ultérieurement jugée contraire à l'article 40.3.3 de la Constitution, ils auraient encouru une condamnation pénale sévère et une peine d'emprisonnement. (§ 254).
La Cour européenne a admis, “quant à la charge qu'une mise en œuvre de l'article 40.3.3 [de la Constitution irlandaise] imposerait à l'Etat…, [qu’] il s'agirait là d'une tâche délicate et complexe » (§ 266).

Lien vers les documents pertinents :

DH-DD(2011)480 - Plan d'action

DH-DD(2011)628E : Communication d’une ONG (Irish Family Planning Association (IFPA))

DH-DD(2011)645 : Communication d’une ONG (Irish Council for Civil Liberties)

Décisions

Les Délégués,

1. prennent acte du plan d’action soumis dans cette affaire et, s’agissant des mesures de caractère général, de l’intention des autorités irlandaises de créer un groupe d’experts d’ici le mois de novembre 2011 et d’en définir le mandat, les membres et le calendrier des réunions d’ici la fin de 2011 ;

2. soulignent l’importance d’adopter des mesures de fond en vue d’exécuter l’arrêt et invitent les autorités à tenir le Comité informé des démarches entreprises conformément au calendrier présenté dans le plan d’action.

* * *

MOLDOVA

Requête : 476/07

Définitif le 28/10/2009

OLARU c. Moldova

Procédure soutenue

476/07+ OLARU ET AUTRES, arrêt du 28/07/2009, définitif le 28/10/2009, du 06/04/2010 (règlement amiable - satisfaction équitable dans la requête Lungu, 17911/08), du 20/04/2010, définitif le 20/07/2010 (Radiation - satisfaction équitable dans la requête Racu, 13136/07), du 28/09/2010, définitif le 28/12/2010 (satisfaction équitable dans la requête Gusan, 22539/05) et du 12/10/2010, définitif le 12/01/2011 (satisfaction équitable dans la requête Olaru, 476/07)

37811/04 PANOV, arrêt du 13/07/2010, définitif le 13/10/2010

30599/05 MUHIN, arrêt du 25/01/2011

Description des affaires : Problème structurel souligné par la Cour européenne par l'application de la procédure d'arrêt pilote : violations du droit d'accès des requérants à un tribunal et du droit au respect de leurs biens en raison du manquement de l'Etat à son obligation d'exécuter les jugements internes définitifs octroyant aux requérants un logement social ou une indemnisation à défaut de logement (violations de l'article 6 de la Convention et de l'article 1 du Protocole n° 1).

Etat d’exécution avant la réunion : L'arrêt pilote exige la mise en place d'un recours interne en cas d''inexécution ou d'exécution tardive des décisions judiciaires internes concernant l'octroi d'un logement social dans un délai imparti. En tant que première étape dans la mise en œuvre de l'arrêt pilote, les autorités moldaves ont adopté, en décembre 2009, une loi abrogeant les privilèges en matière de logement social pour 23 catégories de personnes. Concernant le recours interne, le délai pour son introduction a été prolongé par la Cour jusqu'au 15/04/2011 (voir DH-DD(2010)601). Les lois visant à introduire un recours interne en cas de durée excessive des procédures judiciaires et/ou d'exécution sont entrées en vigueur le 1/07/2011. Un séminaire pour les juges et les fonctionnaires concernés est en train d'être organisé par le Secrétariat en coopération avec le Ministère de la justice moldave dans le cadre du projet financé par le Fond fiduciaire des Droits de l'Homme afin d'accompagner l'entrée en vigueur de ces lois. Ce séminaire se tiendra à Chisinau en octobre-novembre 2011.

Le processus de règlement ad hoc des requêtes individuelles similaires introduites devant la Cour avant le prononcé de l'arrêt pilote est en cours. La Cour a récemment prorogé le délai à cet égard jusqu'au 1/06/2011. Des informations sur les progrès réalisés dans ce domaine sont attendues.

Lien vers les documents pertinents :

DH-DD(2010)601 Communication du Greffe de la Cour européenne.

DH-DD(2011)377E Informations mises à jour par les autorités moldaves

1115ème réunion DH - 8 juin 2011 Lien vers la dernière décision

Décisions

Les Délégués,

1. notent avec satisfaction que les lois introduisant un recours interne en cas de durée excessive des procédures judiciaires et d’exécution sont entrées en vigueur le 1er juillet 2011 ;

2. encouragent les autorités moldaves à veiller à ce que ces lois soient appliquées en conformité avec les exigences de la Convention ;

3. invitent les autorités moldaves à fournir des informations complémentaires au Comité des Ministres sur les progrès réalisés dans le règlement des requêtes individuelles gelées par la Cour européenne.

* * *

POLOGNE

Requête : 23052/05

Définitif le 03/05/2009

KAPRYKOWSKI v. Pologne

Procédure soutenue

23052/05 Kaprykowski, arrêt du 03/02/2009, définitif le 03/05/2009

28300/06 Musiał Sławomir, arrêt du 20/01/2009, définitif le 05/06/2009

44369/02 Wenerski, arrêt du 20/01/2009, définitif le 20/04/2009

48/03 Wierzbicki Andrzej, arrêt du 19/01/2010, définitif le 19/04/2010

15952/09 ROKOSZ, arrêt du 27/07/2010, définitif le 27/10/2010

Description des affaires : Traitement inhumain ou dégradant des requérants dans des lieux de détention, en raison notamment de l'absence de soins médicaux appropriés (violations de l'art 3). Dans l'affaire Wenerski, la Cour européenne a également constaté une violation du droit au respect de la correspondance du requérant, dans la mesure où une lettre qu'elle lui avait adressée en 2003 a été ouverte et marquée “censurée” (violation de l'article 8).

Consciente de la nature structurelle de ces problèmes, la Cour européenne a exhorté les autorités polonaises, dans l'arrêt Musiał Sławomir au titre de l'article 46, à prendre les mesures législatives et administratives nécessaires pour assurer aux détenus des conditions de détention appropriées, et en particulier des conditions et des traitements médicaux adéquats pour ceux dont l'état de santé requiert des soins spécifiques (§ 107 de l'arrêt). Elle les a aussi invitées à mettre fin à la violation de l'article 3 dans cette affaire en garantissant au requérant, dans les plus brefs délais, des conditions adéquates de détention dans un établissement apte à lui fournir le traitement psychiatrique nécessaire et un suivi médical constant (§ 108).

Etat d’exécution avant la réunion : Un plan d'action a été fourni le 17/03/2010

Mesures individuelles : La Cour européenne a accordé une satisfaction équitable au titre du préjudice moral. Les requérants dans les affaires Kaprykowski et Musiał Sławomir ont été remis en liberté. Dans l'affaire Wenerski, l'intervention chirurgicale nécessaire a eu lieu en février 2004. Le requérant purge toujours sa peine en prison. Son état de santé est suivi de près. Aucune autre mesure ne semble nécessaire en ce qui concerne ces violations.

Mesures générales : les autorités polonaises ont transmis un plan d'action, détaillant les mesures législatives et administratives qui ont déjà été mises en œuvre et celles qui sont en cours de réalisation. Dans le plan d'action, il est indiqué qu'une réforme des services hospitaliers pénitentiaires est en cours, visant à améliorer la qualité des traitements médicaux et à en offrir d'un niveau équivalent à l'ensemble des détenus. Selon le plan d'action, des amendements à l'Ordonnance du Ministre de la Justice du 31/03/2003 portant sur la règlementation détaillée, la portée et la procédure applicables aux services médicaux offerts aux personnes privées de liberté devaient été introduits d'ici le 08/07/2010. Les principes régissant la coopération entre les unités pénitentiaires de soins devaient être adoptés avant le 31/10/2010.

Des informations plus détaillées sur ces mesures ont été fournies oralement par les autorités au cours d'une visite du Secrétariat à Varsovie en mars 2010. Leur transmission écrite au Comité est toujours attendue.

La violation de l'article 8 de la Convention dans l'affaire Wenerski est examinée dans le contexte de l'affaire Klamecki contre Pologne (31583/96).

Lien vers les documents pertinents :

DH-DD(2011)626 - Plan d’action / bilan d’action

DH-DD(2011)710E Plan d’action / bilan d’action révisé

Décisions

Les Délégués,

1. rappellent que les autorités polonaises ont soumis, le 26 février 2010, un plan d’action mais que des informations complémentaires ont été considérées nécessaires pour permettre une évaluation complète de l’état d’exécution de ces arrêts ;

2. dans ce contexte, notent avec intérêt les informations complémentaires présentées pendant la réunion et la soumission, le 12 septembre 2011, d'un plan d’action révisé, qui demande encore à être évalué.

* * *

Requêtes : 17885/04 et 17599/05

Définitifs le 22/01/2010

ORCHOWSKI et SIKORSKI c. Pologne

Procédure soutenue

Description des affaires : Traitement inhumain et dégradant des requérants en raison de leur emprisonnement dans des conditions inappropriées, dues en particulier à la surpopulation (violations de l'article 3), aggravées par des facteurs comme le manque d'exercice, notamment à l'extérieur, l'impossibilité de s'isoler, l'insalubrité et la fréquence des transferts.

La Cour européenne a estimé que depuis 2000, la surpopulation dans les prisons et les maisons d'arrêt polonaises faisait apparaître un dysfonctionnement structurel persistant, qualifié de pratique incompatible avec la Convention (voir § 147 de l'arrêt Norbert Sikorski). La Cour a aussi fait observer que la durée excessive de la détention provisoire en Pologne révélait un problème structurel consistant en une pratique incompatible avec l'article 5 § 3 de la Convention.

Etat d’exécution avant la réunion : Plan / bilan d'action soumis le 26/10/2010

Mesures individuelles : la Cour européenne a accordé une satisfaction équitable au titre du préjudice moral. Dans l'affaire Orchowski, le requérant a été transféré dans une prison qui n'est pas considérée comme surpeuplée. Dans l'affaire Norbert Sikorski, le requérant a été mis en liberté conditionnelle. Les mesures individuelles sont liées aux mesures générales dans ces affaires, en particulier compte tenu des décisions d'irrecevabilité récemment rendues par la Cour européenne constatant l'existence d'un recours effectif en la matière (voir ci-dessous).

Mesures générales : en ce qui concerne le problème structurel de la surpopulation carcérale, les autorités polonaises ont soumis un plan d'action en février 2010 détaillant les mesures législatives et administratives qui ont déjà été mises en œuvre et un certain nombre qui sont en préparation. Des informations détaillées sur des mesures structurelles ont également été fournies oralement par les autorités au cours de la visite du Secrétariat à Varsovie, en mars 2010, mais aucune information n'a été communiquée par écrit depuis cette date.

En ce qui concerne l'existence de voies de recours effectif pour les personnes placées dans des centres pénitentiaires surpeuplés, la Cour européenne a rendu récemment deux décisions d'irrecevabilité (voir notes), dans lesquelles elle a constaté qu'il existe désormais un recours effectif contre ce problème. Tenant compte du délai de 3 ans prévu par ce recours pour intenter l'action civile, la Cour a également indiqué, que dans toutes les requêtes analogues dans lesquelles, soit il a été remédié aux violations alléguées, soit celles-ci ont cessé après juin 2008, les requérants devaient faire appel à ce nouveau recours.

Notes

Recours effectif recours effectif pour les personnes placées dans des établissements pénitentiaires surpeuplés :

Le 12/10/10, la Cour européenne a rendu deux décisions d’irrecevabilité dans les affaires Łatak (requête n° 52070/08) et Łomiński (requête n° 33502/09) concernant la législation mise en place par les autorités polonaises, qui fixe une superficie minimale de 3m2 par personne et qui donne aux détenus la possibilité de demander à être transférés d’une prison où cette limite n'a pas été appliquée vers une autre offrant de meilleures conditions et la possibilité d’exercer un recours civil en cas de surpopulation.

La Cour a jugé que l’action civile en réparation au titre de l’article 24, combiné à l’article 448 du Code civil, est devenue un recours effectif après un arrêt sur l'interprétation de ces dispositions rendu par la Cour suprême le 17 mars 2010. Prenant en considération le délai de trois ans pour intenter une action civile en réparation, elle a estimé que les intéressés pouvait entamer une telle action dans toutes les affaires où, en juin 2008 ou ultérieurement, soit il avait été remédié à la violation alléguée en plaçant le requérant dans des conditions conformes à la Convention, soit celle-ci avait pris fin ipso facto en raison de la remise en liberté du requérant. Les requérants doivent faire usage de cette voie de recours, même si leur requête est déjà pendante devant la Cour européenne (voir Łatak, § 85 et Łomiński, § 76). Il convient aussi de noter que dans les décisions précitées, la Cour indique que dans des affaires futures où les requérants allègueraient d’une violation de l’article 3 en raison de la surpopulation, on ne peut exclure que la Cour leur demande de faire usage du nouveau système de recours instauré par le Code d’exécution des peines (voir Łatak, § 87 et Łomiński, § 78).

Un rapport récent du Comité européen pour la prévention de la torture (CPT) (CPT/Inf(2011)20, voir lien ci-dessous) a constaté que la surpopulation persistait dans les prisons polonaises visitées en 2009 et que les autorités polonaises devraient, dès que possible, réviser les normes établies par la loi pour l'espace de vie par détenu, en s'assurant qu'elles prévoient au moins 4 m2 par détenu dans les cellules collectives (paragraphe 83 du rapport). Dans leur réponse, les autorités polonaises ont déclaré qu'elles feraient tous les efforts pour essayer d'atteindre la norme de 4 m2 par détenu.

Lien vers les documents pertinents :

DH-DD(2011)627 - Plan d’action / Bilan d'action

DH-DD(2011)709E Plan d’action / Bilan d'action révisé

Statistiques récentes http://www.sw.gov.pl/pl/o-sluzbie-wieziennej/statystyka
Rapport du CPT sur sa visite en Pologne en 2009 http://www.cpt.coe.int/documents/pol/2011-20-inf-eng.pdf
Lien vers la dernière décision : 1092e réunion DH - 29 septembre 2010

Décisions

Les Délégués

1. rappellent que le 26 février 2010, les autorités polonaises ont soumis un plan d’action mais que des informations complémentaires ont été jugées nécessaires pour permettre une pleine évaluation des mesures envisagées ;

2. notent avec intérêt la soumission d’informations par les autorités pendant la présente réunion ainsi que le bilan d’action diffusé le 12 septembre 2011, détaillant d’importantes mesures prises par les autorités en vue de réduire la surpopulation carcérale et dans les centres de détention provisoire, lesquels demandent encore à être évalués ;

3. observent d’ores et déjà que les informations présentées ne semblent pas concerner les facteurs aggravants auxquels faisaient référence les arrêts de la Cour européenne ;

4. invitent les autorités à compléter le bilan d’action soumis avec des informations sur les mesures prises concernant ces facteurs aggravants, de manière à ce que l’état d’exécution de ces affaires puisse être pleinement évalué.

* * *

ROUMANIE

Requête : 41138/98

Définitif le 30/11/2005

MOLDOVAN et autres c. Roumanie

Procédure soutenue

Description de l’affaire : Ces affaires concernent les conséquences des violences à caractère racial, entre 1990 et 1993, à l'encontre des villageois d'origine rom, en particulier les mauvaises conditions de vie suite à la destruction de leurs maisons. Elles concernent également l'attitude générale discriminatoire des autorités, y compris leur incapacité prolongée à mettre un terme aux violations des droits des requérants, en perpétuant leur sentiment d'insécurité (articles 3, 6, 8, 13 et 14 combiné aux articles 6 et 8). Les violences à l'origine de ces affaires ont eu lieu dans les communautés de Hădăreni (département de Mureş), Plăieşii de Sus et Caşinul Nou (département de Harghita) et Bolintin Deal (département de Giurgiu).

L'affaire Moldovan et autres concernait 25 requérants, dont 18 ont accepté un règlement amiable de leur affaire (voir Moldovan et autres (nº 1)). Concernant les autres requérants, la Cour a conclu à des violations des dispositions mentionnées dans le paragraphe ci-dessus (voir Moldovan et autres (n° 2)). Dans les affaires Kalanyos et autres, Gergely et Tănase et autres, les autorités roumaines ont soumis des déclarations unilatérales par lesquelles elles ont reconnu le fait que les événements en cause avaient emporté violation de la Convention.

L'affaire Moldovan et autres (n° 2) concerne par ailleurs la durée excessive de la procédure civile engagée par les requérants pour obtenir une réparation pour les préjudices causés par les incidents en question (violation de l'article 6§1).

Etat d’exécution avant la réunion : Mesures générales : dans le contexte du règlement amiable et des déclarations unilatérales dans ces affaires, les autorités roumaines se sont engagées, outre le paiement de certaines sommes aux requérants, à adopter un nombre de mesures générales (ces engagements sont présentés en détail dans le document d'information CM/Inf/DH(2011)37). Le Comité a reconnu que ces engagements pourraient servir de base pour l'évaluation des mesures à caractère général prises ou envisagées pour l'exécution de l'arrêt au principal dans l'affaire Moldovan et autres (n° 2).

Les autorités roumaines ont soumis un plan d'action pour l'exécution de ces arrêts le 15 juin 2011. Les mesures prises par les autorités, ainsi que l'évaluation du Secrétariat à ce sujet sont présentées dans le document d'information CM/Inf/DH(2011)37.

Communications soumises en vertu de la règle 9§2 : en mars 2009 et juillet 2011, le Centre européen pour les droits des Roms a soumis des communications concernant les mesures générales dans les affaires Moldovan et autres, Kalanyos et autres et Gergely. En juin 2009, un groupe de quatre organisations non-gouvernementales (l'Association Accept, le Centre de Ressources Juridiques, la Ligue PRO EUROPE et Romani CRISS) ont soumis une communication sur les mesures générales dans l'affaire Moldovan et autres. Un résumé de ces communications ainsi que des réponses des autorités roumaines est présenté dans le document d'information CM/Inf/DH(2011)37).

Les mesures générales requises pour remédier au problème de la durée excessive des procédures civiles (affaire Moldovan et autres (n° 2)) sont examinées dans le cadre du groupe d'affaires Nicolau.

Mesures individuelles :

1) Moldovan et autres n° 1 (règlement amiable) : le gouvernement roumain a offert de verser aux requérants divers montants couvrant le préjudice matériel et le préjudice moral ainsi que les frais et dépens. Le gouvernement et les requérants ont précisé que ce paiement constituait un règlement définitif de l'affaire, incluant les prétentions au plan civil formulés par les requérants au niveau interne.

2) Moldovan et autres n° 2 (arrêt au fond) : la Cour européenne a octroyé aux requérants une satisfaction équitable au titre du préjudice matériel et moral. Pour établir le montant de la satisfaction équitable, la Cour a pris en compte les sommes déjà allouées aux requérants au plan interne. Le 22 juillet 2011, les autorités roumaines ont fourni des informations mises à jour sur l'issue de la procédure d'exécution forcée des décisions des tribunaux internes octroyant aux requérants des dommages-intérêts (arrêt définitif du 25/02/2005 de la Haute Cour de cassation et de justice) (voir DH-DD(2011)596). Ces informations sont en cours d'évaluation par le Secrétariat et seront prises en compte pour un prochain examen de ces affaires par le Comité des Ministres.

3) Kalanyos et autres, Gergely, Tănase et autres : le gouvernement roumain s'est engagé à verser un montant couvrant le dommage subi par les requérants et les frais et dépens.

Notes : Les informations sur les mesures générales fournies avant novembre 2009 ont été présentées dans les documents d’information CM/Inf/DH(2009)31 et CM/Inf/DH(2009)31rév (déclassifiés en juin et en décembre 2009, respectivement). Dans la décision adoptée à la 1072e réunion, le Comité des Ministres a noté que des informations complémentaires et des clarifications étaient nécessaires sur la poursuite et le financement du programme pour Hădăreni et a encouragé les autorités à continuer leurs efforts pour la mise en œuvre du programme pour les communautés de Plăieşii de Sus et Caşinul Nou, afin notamment de tirer les conséquences des conclusions des experts sur les besoins de ces communautés. Le Comité des Ministres a également souligné la nécessité pour les autorités d'évaluer, pour l'ensemble des localités en cause, l'impact des mesures déjà mises en œuvre et la nécessité d'adopter des mesures additionnelles et d'informer le Comité de leurs conclusions à cet égard.

Pour répondre à ces questions et également pour informer le Comité des Ministres des mesures générales prises pour l’exécution de l’arrêt Tănase et autres (qui est devenu définitif en août 2009), les autorités roumaines ont soumis un plan d’action le 15 juin 2011. Lors de consultations bilatérales qui ont eu lieu à Bucarest le 23 juin 2011, les autorités responsables de l’exécution de ce groupe d’affaires ont présenté, en complément du plan d’action, des informations au sujet des mesures prises pour éradiquer la discrimination raciale au sein du système judiciaire roumain, pour mettre en place un système de prévention efficace des incidents à caractère racial et pour stimuler la participation des Roms à la vie communautaire. Le document d’information CM/Inf/DH(2011)37 se réfère à certaines de ces informations. Les autorités les soumettront par écrit au plus tard lors de la 1120e réunion et leur évaluation détaillée sera présentée par la suite.

Liens vers les documents pertinents :

DH-DD(2011)503 Plan d’action

DH-DD(2011)708F Plan d’action révisé

CM/Inf/DH(2011)37 (mémorandum)

DH-DD(2011)596F (informations sur les mesures individuelles)

DH-DD(2011)581E (communication du CEDR et réponse du Gouvernement)

DD(2009)415 : Committee of Ministers - Communication by an NGO in the in the following cases: 41138/98+ Moldovan and others, 57884/00 Kalanyos and others, 57885/00 Gergely v. Romania and reply of the Government

DD(2009)238 : Committee of Ministers - Item reference: Communication of one association (ERRC) related to Moldovan and others against Romania (application No. 41138/98+) and comments of the Romanian authorities

Lien vers la dernière décision : 1092e réunion DH - 29 septembre 2010

Décisions

Les Délégués,

1. prennent note avec intérêt du document d’information CM/Inf/DH(2011)37 préparé par le Secrétariat sur la base du plan d’action fourni par les autorités roumaines le 15 juin 2011;

2. saluent notamment la création envisagée d’un groupe de travail interministériel, placé sous la présidence du Vice-Premier ministre et chargé de réévaluer périodiquement la situation afin de pouvoir définir et adopter des mesures complémentaires dans le futur en cas de besoin ;

3. relèvent avec satisfaction que le 12 septembre 2011, les autorités roumaines ont soumis un plan d’action révisé qui semble répondre à certaines questions en suspens identifiées dans le document d’information CM/Inf/DH(2011)37, mais qui demande encore à être évalué ;

4. invitent les autorités roumaines à tenir le Comité des Ministres régulièrement informé du progrès réalisé dans la mise en œuvre du plan d’action révisé ;

5. décident de déclassifier le document d’information CM/Inf/DH(2011)37.

* * *

FEDERATION DE RUSSIE

Requête : 57942/00

Définitif le 06/07/2005

Groupe KHASHIYEV c. Fédération de Russie

Procédure soutenue

- 151 affaires concernant les forces de sécurité en République tchétchène (Voir Annexe pour la liste des affaires dans le groupe Khashiyev et Akayeva)

Description des affaires : Violations résultant d'actions, ou liées à des actions, des autorités russes au cours d'opérations anti-terroristes en Tchétchénie entre 1999-2005 (essentiellement usage injustifié de la force, disparitions, détentions non reconnues, torture et mauvais traitements, perquisitions et saisies illégales et destruction de propriété), absence d'enquêtes effectives sur les allégations d'abus et absence de recours interne effectif à cet égard (violations des articles 2, 3, 5, 6, 8 et 13 et de l'article 1 du Protocole n° 1). Plusieurs affaires concernent aussi le manquement à l'obligation de coopérer avec les organes de la Convention, comme exigé par l'article 38 de la Convention.

Etat d’exécution avant la réunion : Les progrès réalisés dans l'exécution de ces arrêts et les questions en suspens sont résumés dans les Memoranda (CM/Inf/DH(2006)32rev2, CM/Inf/DH(2008)33 et CM/Inf/DH(2008)33add, pour la dernière mise à jour voir CM/Inf/DH(2010)26).

L'examen du Comité des Ministres se concentre actuellement sur l'état des enquêtes internes menées après les arrêts de la Cour européenne relevant de la compétence de l'Unité spéciale d'investigation mise en place au sein du Comité d'investigation de la Fédération de Russie en République tchétchène. Il a été souligné que l'efficacité des mesures générales adoptées jusqu'à présent dépendra beaucoup des résultats réalisés dans les affaires concrètes. A la 1108e réunion (mars 2011), les autorités russes ont fourni des informations de caractère général sur les questions soulevées dans le dernier Memorandum public DD-DH(2011)130E. Elles ont également indiqué dans cette communication qu'elles ont fourni une note concernant l'état d'avancement des enquêtes dans 10 affaires dont la liste a été déterminée dans le cadre des consultations bilatérales avec le Secrétariat DD-DH(2011)129E (confidentiel). La demande de confidentialité concernant ce dernier document présentée par les autorités russes a été accordée par le Comité des Ministres à la 1115e réunion (juin 2011). A la même réunion, le Comité a noté avec regret que les informations fournies par les autorités russes ne démontraient pas encore l'effectivité des mesures adoptées à ce jour en vue de la tenue d'enquêtes en conformité avec les exigences de la Convention. Le Comité a décidé de réexaminer la situation à la lumière d'un projet de résolution intérimaire à sa 1128e réunion (décembre 2011). Dans l'intervalle, des consultations bilatérales ont eu lieu entre le Secrétariat et les autorités russes compétentes en juin 2011 à Grozny (République tchétchène). Le Secrétariat a eu des réunions avec les juges, les procureurs, les investigateurs, les victimes et leurs représentants. Les informations fournies au cours de ces consultations sont en cours d'évaluation et seront prises en compte dans la préparation du projet de résolution intérimaire susmentionné.

Lien vers les documents pertinents

1) Memoranda préparés dans le cadre de la surveillance du Comité des Ministres

CM/Inf/DH(2006)32rev2, CM/Inf/DH(2008)33, CM/Inf/DH(2008)33add, CM/Inf/DH(2010)26

2) Informations soumises par les autorités russes

DD-DH(2011)130E, DD-DH(2011)129E (confidentiel)

3) Communications les plus récentes des parties lésées ou de leurs représentants

DH-DD(2010)384E Communication des représentants des requérants dans le groupe d’affaires Khashiyev contre la Fédération de Russie

DH-DD(2010)291E Communication des représentants des requérants dans le groupe d’affaires Khashyev contre la Fédération de Russie (rubrique 4.3)

DH-DD(2010)587E Communication des représentants des requérants dans 3 affaires du groupe Khashiyev contre la Fédération de Russie

DH-DD(2011)410E Communication d’une ONG, représentante légale des requérants, dans le groupe Khashiyev

DH-DD(2011)422E: Communication d’une ONG dans le groupe Khashiyev contre la Fédération de Russie (Requête n° 57942/00)

Lien vers la dernière décision 1115e réunion DH – 8 juin 2011

Décisions

Les Délégués,

1. prennent note des informations fournies lors de la réunion sur les consultations bilatérales qui se sont tenues entre le Secrétariat et les autorités de la Fédération de Russie en République tchétchène en juin 2011, au cours desquelles le Secrétariat a eu des réunions avec les juges, les procureurs, les investigateurs, les victimes et leurs représentants ;

2. notant que des questions ont été posées sur des affaires particulières2 ainsi que sur les mesures générales, invitent les autorités russes à fournir des informations sur les progrès accomplis ;

3. rappellent qu’ils continueront d’examiner la situation lors de leur 1128e réunion (novembre-décembre 2011) sur la base d’un projet de résolution intérimaire à préparer par le Secrétariat.

* * *

Requête : 33509/04

Définitif le 04/05/2009

BURDOV c. Russie (n° 2)

Procédure soutenue

Description de l’affaire : Problème structurel souligné par la Cour par l'application de la « procédure pilote » : violation du droit du requérant à un tribunal faute pour les autorités publiques de s'être conformées aux décisions de justice définitives leur ordonnant de payer au requérant des indemnisations et allocations (avec indexation par la suite) pour les préjudices à sa santé, subis lors d'opérations d'urgence menées à la centrale nucléaire de Tchernobyl ainsi que des dommages et intérêts pour le retard dans leur exécution (article 6§1, article 1 du Protocole n° 1) et absence de recours effectif s'agissant du non-respect prolongé des jugements rendus en sa faveur (article 13).

Etat d’exécution avant la réunion : Mesures individuelles : Une importante majorité de requêtes individuelles similaires pendantes devant la Cour avant le prononcé de l'arrêt pilote a été résolue. Pour plus de détails voir les informations soumises par les autorités russes (DH-DD(2011)302)

Mesures générales : La loi visant à mettre en place un recours interne en cas de durée excessive des procédures judiciaires et d'exécution (« Loi d'indemnisation ») est entrée en vigueur le 4/05/2010. Le 23/09/2010, la Cour européenne a jugé que toutes les nouvelles requêtes introduites après l'arrêt pilote devaient être soumises, en premier lieu, aux tribunaux nationaux conformément à la loi d'indemnisation (voir la décision d'irrecevabilité rendue dans l'affaire Nagovitsyn et Nalgiyev). Le 23/12/2010 les Plénia de la Cour Suprême et de la Cour Suprême commerciale ont adopté une Décision conjointe visant à donner à toutes les juridictions des lignes directrices détaillées sur la mise en œuvre de la Loi d'indemnisation. Cette décision est basée sur l'analyse des premiers résultats de la mise en œuvre de la loi d'indemnisation et vise à garantir son application uniforme par l'ensemble des juridictions.

L'état d'avancement dans l'adoption des autres mesures générales à l'origine des violations répétitives de la Convention avant le prononcé de l'arrêt pilote est résumé dans la Résolution intérimaire CM/ResDH(2009)43.

Lien vers les documents pertinents

1) Documents préparés dans le cadre de la surveillance du Comité des Ministres

Memorandum CM/Inf/DH(2006)19rev3

CM/Inf/DH(2006)45 – Conclusions de la table ronde sur la non-exécution des décisions de justice internes rendues à l’encontre de l’Etat et de ses entités en Fédération de Russie : problèmes en suspens et solutions requises (30-31 octobre 2006, Strasbourg)

Résolution intérimaire CM/ResDH(2009)43

2) Informations soumises par les autorités russes

DH-DD(2011)625 : Plan d’action

DH-DD(2011)625 addendum - annexes au plan d'action

DH-DD(2011)302

Lien vers la dernière décision – 1100e réunion DH – 30 novembre – 1-2 décembre 2010

Décisions

Les Délégués,

1. prennent note des informations fournies par les autorités russes sur les progrès réalisés dans l’exécution de l’arrêt pilote, en particulier de l’introduction d’un recours interne en cas de durée excessive des procédures d’exécution et du règlement des requêtes individuelles gelées par la Cour ;

2. décident de reprendre l’examen de cette affaire à leur 1128e réunion (novembre-décembre 2011) (DH) à la lumière d’un projet de résolution intérimaire à préparer par le Secrétariat faisant le bilan des mesures adoptées.

* * *

SERBIE

Requête : 3102/05

Définitif le 21/09/2007

Groupe EVT COMPANY c. Serbie

Procédure soutenue

- 16 affaires concernant le manquement ou le retard substantiel de l’administration à se conformer à des décisions définitives (Voir annexe pour la liste d’affaires dans le groupe EVT)

Description des affaires : Violations du droit des requérants à un procès équitable en raison de la non-exécution de décisions judiciaires ou administratives définitives (violations de l'article 6§1). Violations du droit des requérants au respect de leurs biens (violations de l'article 1 Protocole n°1). Absence de recours effectif (violations de l'article 13). Violations du droit des requérants au respect de leur vie familiale en raison de la non-exécution de décisions en matière de droit de garde d'enfants (violations de l'article 8). Durée excessive de procédures relatives au droit de la famille (dans l'affaire V.A.M.) (violation de l'article 6§1).

Etat d’exécution avant la réunion : Afin d'accroître l'efficacité des procédures d'exécution, une nouvelle loi sur l'exécution a été adoptée et est entrée en vigueur en mai 2011. Les autorités serbes ont obtenu une expertise sur cette loi avant son adoption dans le cadre du Fonds fiduciaire des droits de l'homme intitulé «Lever les obstacles à la non-exécution des décisions internes/assurer une mise en œuvre efficace des décisions de justice interne». La loi a introduit un certain nombre de nouveautés (telles que des huissiers de justice privés et des délais procéduraux et discipline plus strictes) dont l'objectif est de faciliter l'accélération de tous les types de procédures d'exécution. Les mesures générales déjà prises et les questions en suspens sont présentées dans le mémorandum CM/Inf/DH(2010)25.

Le Comité a noté à plusieurs reprises que les problèmes liés à la non-exécution des décisions de justice internes rendues à l'encontre des entreprises appartenant à la collectivité (socially owned companies) sont une source de graves préoccupations. Afin de résoudre ces problèmes, les autorités serbes ont mis en place un groupe de travail en janvier 2011 en vue d'identifier les mesures spécifiques requises en ce qui concerne les dettes des entreprises appartenant à la collectivité confirmées par une décision définitive. Un plan d'action a été fourni en avril 2011 concernant les dettes provenant des contrats de travail avec des entreprises appartenant à la collectivité et confirmées par une décision définitive. Conformément au plan d'action, le groupe de travail a fait une évaluation globale et préliminaire de ces dettes et du nombre de décisions définitives concernées. Sur la base d'une proposition du groupe de travail et comme prévu par le plan d'action, le gouvernement serbe devrait adopter à la fin de 2011 une décision en vue du règlement des dettes provenant des contrats de travail dues par des entreprises appartenant à la collectivité et confirmées par décisions définitives. La nouvelle loi sur l'exécution a intégré les développements positifs dans la jurisprudence récente concernant des entreprises appartenant à la collectivité, en particulier en stipulant que les procédures d'exécution concernant les dettes provenant des contrats de travail ne peuvent plus être suspendues.

Notes : Environ 1085 requêtes similaires sont pendantes devant la Cour européenne, dont 850 concernent la non-exécution des décisions de justice définitives rendues à l'encontre des entreprises appartenant à la collectivité (socially owned companies). L’adoption et l’entrée en vigueur de la nouvelle loi d’exécution dont l’objectif est de faciliter l’accélération des procédures d’exécution et d’accroître leur efficacité, doivent être saluées. Cependant, la non-exécution des décisions rendues à l’encontre des entreprises appartenant à la collectivité reste une source de graves préoccupations puisque le nombre de requêtes introduites devant la Cour européenne ne cesse d’augmenter. A cet égard, l’adoption d’un plan d’action concernant les dettes provenant des contrats de travail des entreprises appartenant à la collectivité et qui ont été confirmées par une décision définitive doit être notée en tant que développement positif. Il convient aussi de noter que le groupe de travail qui avait été établi pour identifier les mesures spécifiques requises à cet égard, a fait une évaluation globale et préliminaire de ces dettes et du nombre de décisions définitives concernées. Les autorités serbes devraient être encouragées à poursuivre leurs efforts afin de mettre en œuvre le plan d’action, et en particulier à adopter une décision concernant le paiement des dettes provenant des contrats de travail des entreprises appartenant à la collectivité et qui ont été confirmées par une décision définitive avant fin 2011. Les autorités serbes devraient aussi être encouragées à prendre les mesures en suspens identifiées dans le mémorandum du Secrétariat (CM/Inf/DH(2010)25), en particulier concernant l'exécution des ordres de démolition définitifs.

Liens vers les documents pertinents :

CM/Inf/DH(2010)25, DH-DD(2011)297, DH-DD(2011) 549, DH-DD(2011) 548 E

Liens vers les décisions antérieures: 1108ème réunion DH - 10 mars 2011 (affaire n°20)

Décisions

Les Délégués,

1. notent avec satisfaction l'adoption et l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur l’exécution, dont l’objectif est de faciliter l’accélération des procédures d’exécution et d’accroître leur efficacité ;

2. rappellent que les problèmes liés à la non-exécution des décisions rendues à l’encontre des entreprises appartenant à la collectivité (socially owned companies) restent une source de graves préoccupations puisque le nombre de requêtes introduites devant la Cour européenne ne cesse d’augmenter ;

3. prennent note du plan d’action concernant les dettes provenant des contrats de travail des entreprises appartenant à la collectivité et qui ont été confirmées par une décision définitive ;

4. notent également qu’un groupe de travail qui avait été établi pour identifier les mesures spécifiques requises en ce qui concerne les dettes des entreprises appartenant à la collectivité et confirmées par une décision définitive, a fait une évaluation globale et préliminaire de ces dettes et du nombre de décisions définitives concernées ;

5. encouragent les autorités serbes à poursuivre leurs efforts pour mettre en œuvre le plan d’action, et en particulier à adopter, avant fin 2011, une décision concernant le paiement des dettes provenant des contrats de travail des entreprises appartenant à la collectivité et qui ont été confirmées par une décision définitive ;

6. encouragent les autorités serbes à adopter les autres mesures visant à résoudre les questions en suspens identifiées dans le mémorandum du Secrétariat (CM/Inf/DH(2010)25), en particulier concernant l’exécution des ordres de démolition définitifs.

* * *

TURQUIE

Requête : 28490/95

Définitif le 19/09/2003

Hulki GUNES et 3 autres affaires c. Turquie

Procédure soutenue

28490/95 Hulki Güneş, arrêt du 19/06/03, définitif le 19/09/03

72000/01 Göçmen, arrêt du 17/10/2006, définitif le 17/01/2007

46661/99 Söylemez, arrêt du 21/09/2006, définitif le 21/12/2006

25060/02+ Erdal Aslan, arrêt du 02/12/2008, définitif le 02/03/2009

Description des affaires : Caractère inéquitable des procédures pénales (les requérants ont été condamnés à de longues peines de prison entre 1994 et 1999 sur la base de déclarations de gendarmes ou d'autres personnes qui n'ont jamais comparu devant le tribunal, ou sur la base de déclarations obtenues sous la contrainte et en l'absence d'avocat) ; mauvais traitements infligés aux requérants lors de leur garde à vue ; défaut d'indépendance et d'impartialité des cours de sûreté de l'Etat ; durée excessive des procédures pénales ; absence de recours effectif (violations des articles 6§§1 et 3, et articles 3 et 13).

Etat d’exécution avant la réunion : Depuis le début de son examen de l'affaire Hulki Güneş, le Comité a considéré que la procédure dans cette affaire nécessitait la réouverture afin de remédier aux violations constatées par la Cour européenne. Toutefois, les dispositions sur la réouverture (en vigueur depuis 2003) ne s'appliquent pas aux cas des requérants. Le Comité a par conséquent exprimé à de nombreuses occasions sa préoccupation et à maintes reprises a invité instamment les autorités à prendre les mesures nécessaires. A cet égard, les présidents du Comité ont envoyé des lettres à leurs homologues turcs en 2005 et 2006 pour leur faire part des préoccupations du Comité. Le Comité a également adopté trois résolutions intérimaires entre 2005 et 2007. En 2008, le Comité a noté « que, si elle devait persister, la situation actuelle constituerait un non-respect flagrant des obligations de la Turquie au titre de l'article 46, paragraphe 1, de la Convention » et a décidé d'examiner les présentes affaires à chacune de ses réunions ordinaires. En octobre 2009, les autorités turques ont indiqué qu' « un projet de loi destiné à permettre la réouverture de la procédure dans les affaires des requérants avait été élaboré par le ministère de la Justice et adressé au cabinet du Premier ministre afin qu'il soit soumis en priorité au parlement en tant que projet de loi gouvernemental pour adoption d'ici la fin de 2009 ». Le Comité a été par la suite informé de ce que le projet de loi avait été déposé devant le Parlement. Le Comité s'est félicité de cette information et a invité les autorités à le tenir informé de l'évolution de la situation quant à l'adoption du projet de loi. En décembre 2010, le Comité a pris note de la volonté du gouvernement turc de faire adopter le projet de loi avant les élections générales de juin 2011. Cependant, lors de la 1108e réunion (mars 2011), les autorités turques ont informé le Comité qu'il ne leur était pas possible de concrétiser cette intention avant les élections législatives de juin 2011. Le Comité a alors souligné l'urgence et la priorité de l'adoption des mesures nécessaires et a réitéré son appel aux autorités turques pour qu'elles mènent à son terme sans tarder après les élections, le processus législatif permettant la réouverture des procédures dans les affaires des requérants.

Liens vers les documents pertinents :

Résolutions intérimaires ResDH(2005)113, CM/ResDH(2007)26 et CM/ResDH(2007)150
Deux lettres envoyées par les présidents du Comité et les réponses de la Turquie :
DD(2005)148; DD(2005)494
CM/Inf/DH(2009)5

Lien vers la dernière décision du Comité des Ministres : CM/Del/Dec(2011)1108/4F / 11 mars 2011

Décisions

Les Délégués,

1. notent à nouveau l’engagement politique de la Turquie d’adopter les mesures législatives nécessaires pour l’exécution de ces arrêts ;

2. expriment toutefois leur préoccupation du fait que ces arrêts restent à exécuter en dépit du fait que l’arrêt dans l’affaire Hulki Güneş est définitif depuis septembre 2003, et qu’aucune mesure n’a été prise pour permettre la réouverture des procédures dans cette affaire ou celles des autres requérants ;

3. demandent instamment à la Turquie de fournir en temps utile une réponse claire au Comité des Ministres, pour la réunion DH de décembre, sur le point de savoir si le projet de loi permettant la réouverture des procédures dans les affaires des requérants est toujours pendant devant le Parlement pour adoption, et s’il figurera à l’ordre des travaux du Parlement à la reprise de ses travaux en octobre 2011.

* * *

Requête : 39437/98

Définitif le 24/04/2006

ULKE c. Turquie

Procédure soutenue

Description de l’affaire : Traitement dégradant résultant de condamnations et emprisonnements répétitifs du requérant entre 1996 et 1999 pour avoir refusé d'effectuer son service militaire en raison de ses convictions en tant que pacifiste et objecteur de conscience (violation substantielle de l'article 3).

Etat d’exécution avant la réunion : Le requérant s'est caché pendant longtemps en raison de la menace permanente de poursuites. En 2007, malgré les constats de la Cour européenne dans cette affaire, il a été sommé de se présenter en vue de purger sa peine. Depuis l'adoption de la première résolution intérimaire en octobre 2007, le Comité examine cette affaire à chacune de ses réunions « DH ». Dans la deuxième résolution intérimaire adoptée en mars 2009, le Comité a prié instamment « les autorités turques de prendre sans plus de retard toutes les mesures nécessaires en vue de mettre un terme à la violation des droits du requérant en vertu de la Convention et d'adopter la réforme législative nécessaire pour prévenir des violations similaires de la Convention ». Etant donné qu'aucune information concrète n'a été fournie sur les mesures envisagées, le Président du Comité a envoyé une lettre à son homologue turc en octobre 2009 pour lui faire part de la grave préoccupation du Comité face à l'absence d'information sur les mesures requises dans cette affaire. Dans sa réponse de février 2010, le Ministre turc des affaires étrangères a exprimé l'engagement de ses autorités à exécuter l'arrêt de la Cour et a informé le Comité de ce que le travail sur les amendements législatifs était mené par les autorités compétentes. Par la suite, le Comité a invité les autorités turques à fournir des informations concrètes sur le travail législatif annoncé. Toutefois, aucune information n'a été fournie à cet égard. Lors de la 1100e réunion (novembre-décembre 2010), les autorités turques ont souligné que l'exécution de cet arrêt soulevait certaines difficultés puisqu'elle exigeait des modifications législatives concernant le service militaire. Lors de la même réunion, le Comité a, à nouveau, invité les autorités turques à fournir des informations sur l'évolution du processus législatif et à clarifier la question de savoir si le requérant était toujours recherché par les autorités en vue de purger ses condamnations précédentes. Aucune information n'a été fournie à ces égards lors des 1108e et 1115e réunions. Lors de la 1115e réunion, ayant noté l’absence d’information, le Comité a souligné une fois de plus l'urgence et la priorité de l'adoption des mesures nécessaires et a invité instamment les autorités à donner priorité à l'adoption des mesures législatives nécessaires sans plus de retard après les élections générales de juin 2011. Lors de la même réunion, le Comité a prié instamment les autorités de fournir au Comité des informations sur la situation du requérant et les a également invitées à clarifier la question de savoir si le requérant est toujours recherché par les autorités en vue de purger ses condamnations précédentes. Par lettre du 20/07/2011, la représentante du requérant a communiqué au Comité des Ministres un arrêt rendu le 05/10/2009 par le tribunal militaire du 1er commandement des Forces aériennes d'Eskişehir, qui a constaté que les peines d'emprisonnement prononcées à l'encontre du requérant dans le cadre de deux anciens arrêts rendus par ce tribunal les 01/02/1999 et 09/03/1999 sont prescrites et non-exécutoires. Cependant, par la même lettre, la représentante du requérant a également communiqué une lettre de l'Office du procureur militaire du 1er commandement des Forces Aériennes d'Eskişehir datée du 03/03/2011, l'informant qu'il existe actuellement un mandat d'arrêt contre le requérant dans le cadre d'une instruction pénale à son encontre pour désertion. Selon les informations fournies par la représentante du requérant, la police rend visite à la mère du requérant chaque trois ou six mois pour exiger qu'elle lui dise où le requérant se trouve. La dernière visite a eu lieu le 18/07/2011. La représentante du requérant a allégué que ces visites ont affecté psychologiquement les membres de la famille du requérant et leur ont provoqué détresse et découragement.

Liens vers les documents pertinents :

Résolutions intérimaires CM/ResDH(2007)109 et CM/ResDH(2009)45,

Lettre envoyée par le Président du Comité et la réponse de la Turquie : DD(2009)556 ; DD(2010)107

Lettre du 20/07/2011 envoyée par la représentante du requérant : DH-DD(2011)600

Lien vers la dernière décision du Comité des Ministres : CM/Del/Dec(2011)1115/24 / 10 juin 2011

Décisions

Les Délégués,

1. notent que les deux arrêts précédents condamnant le requérant pour désobéissance persistante sont prescrits et ne sont donc plus exécutoires ;

2. expriment leur grave préoccupation à l’égard du fait qu’il existe actuellement un mandat d’arrêt contre le requérant en raison d’une enquête pénale en cours à son encontre pour désertion ;

3. soulignent que la Cour européenne a considéré dans le présent arrêt que « les multiples poursuites pénales dirigées contre le requérant, les effets cumulatifs des condamnations pénales qui en résultent, l’alternance continue des poursuites et des peines d’emprisonnement, combinés avec la possibilité d’être poursuivi tout au long de sa vie, s’avèrent disproportionnés au but d’assurer le service militaire » ;

4. sont profondément préoccupés de ce que le présent arrêt reste à être exécuté ;

5. rappellent que la Turquie a déclaré à de nombreuses reprises que des mesures générales étaient requises non seulement pour prévenir de nouvelles violations mais aussi pour prévenir les poursuites continues et les condamnations du requérant (voir Résolution intérimaire (2007)109) ;

6. demandent instamment à la Turquie une fois de plus de prendre les mesures nécessaires pour exécuter l’arrêt ;

7. insistent à cet égard pour que la Turquie informe, en temps utile pour la réunion DH de décembre, le Comité des mesures législatives requises, y compris leur contenu et leur calendrier d’adoption.

8. décident de reprendre l’examen de ce point ayant à l’esprit le document CDDH(2008)014 addendum II.

* * *

UKRAINE

Requêtes : 56848/00, 40450/04

Définitifs le 29/09/2004, 15/01/2010

Groupe ZHOVNER & YURIY NIKOLAYEVICH IVANOV c. Ukraine

Procédure soutenue

40450/04 YURIY NIKOLAYEVICH IVANOV, arrêt du 15/10/2009, définitif le 15/01/2010
56848/00 ZHOVNER ET 385 AUTRES AFFAIRES (Voir la liste des affaires)

Description des affaires : Problème structurel souligné par la Cour avec l'application de la « procédure d'arrêt pilote » : violations du droit d'accès à un tribunal et du droit à la protection de la propriété en raison du manquement ou des retards substantiels de l'administration ou des entreprises d'Etat à se conformer à des arrêts internes définitifs ; absence de recours effectif à cet égard (violations des articles 6§1, 13 et article 1 du Protocole n° 1).

La Cour a appliqué la procédure d'arrêt pilote dans l'affaire Yury Nikolaevich Ivanov et a fixé un délai spécifique pour la mise en place du recours interne en cas de durée excessive des procédures d'exécution. La Cour a également indiqué que des réformes spécifiques de la législation et de la pratique administrative en Ukraine devaient être menées à bien sans plus tarder. La nécessité de mettre en place un recours interne et d'adopter des réformes spécifiques a déjà été soulignée par un grand nombre d'arrêts du groupe Zhovner. La Cour a ensuite invité l'Etat défendeur à régler de manière ad hoc toutes les requêtes similaires introduites avant le prononcé de l'arrêt pilote (1600) et a décidé de suspendre l'examen des affaires similaires.

Etat d’exécution avant la réunion : Depuis la dernière Résolution intérimaire CM/ResDH(2010)222 adoptée par le Comité en réponse au retard pris dans l'exécution de l'arrêt pilote, un projet de loi visant à résoudre les problèmes identifiés par la Cour et à mettre en place un recours interne a été déposé au Parlement le 14/01/2011. Aucun progrès n'a été accompli à ce jour en vue de son adoption. Le 18/01/2011, la Cour a décidé de prolonger le délai prévu par l'arrêt pilote jusqu'au 15/07/2011 (voir DH-DD(2011)54). Quant au règlement ad hoc des requêtes individuelles introduites devant la Cour avant le prononcé de l'arrêt pilote, il semblerait que peu de progrès ait été accompli jusqu'à présent.

Des informations sur les mesures individuelles sont toujours attendues dans un certain nombre d'affaires dans le groupe Zhovner (c'est-à-dire l'exécution des décisions judiciaires internes rendues en faveur des requérants).

Notes : Le Comité examine le groupe d'affaires Zhovner depuis 2004 et en a appelé, de manière répétée, aux autorités ukrainiennes pour qu’elles mettent en place de manière prioritaire un recours interne contre les retards substantiels dans l’exécution des décisions judiciaires internes qui garantisse un redressement suffisant et adéquat en conformité avec les exigences de la Convention.

Depuis la dernière résolution intérimaire CM/ResDH(2010)222 un projet de loi visant à régler les problèmes identifiés par la Cour et à instaurer un recours interne a été préparé par le Gouvernement et soumis au Parlement le 14/01/2011. Cependant, le projet de loi n’a pas été examiné par le Parlement en temps voulu, empêchant ainsi l’Ukraine de respecter le délai fixé par la Cour.

Lien vers les documents pertinents

CM/Inf/DH(2007)30rev et CM/Inf/DH(2007)33

Résolutions intérimaires CM/ResDH(2008)1; CM/ResDH(2009)159; CM/ResDH(2010)222

DH-DD(2011)54 Communication du Greffe de la Cour européenne

DH-DD(2011)433E: Communication de l’Ukraine dans l’affaire Yuriy Nikolayevich Ivanov (Requête n° 40450/04) et le groupe Zhovner (Requête n° 56848/00) contre l’Ukraine -

DH-DD(2011)705: Communication de l’Ukraine dans l’affaire Yuriy Nikolayevich Ivanov (Requête n° 40450/04) et Kharchenko contre l’Ukraine (Requête n° 40107/02)

Lien vers la dernière décision – 1115e réunion (juin 2011)

Décisions

Les Délégués adoptent la Résolution intérimaire CM/ResDH(2011)184.

* * *

Requête : 40107/02

Définitif le 10/05/2011

KHARCHENKO c. Ukraine

Procédure soutenue

Description de l’affaire : Problème structurel souligné par la Cour : violations du droit à la liberté et à la sûreté en raison de la détention provisoire irrégulière, de l'absence de fondement juridique pertinent et suffisant pour ordonner et prolonger la durée de la détention et de l'absence de recours juridique effectif afin d'obtenir rapidement l'examen de la légalité de la détention provisoire (articles 5§§1,3 et 4).

La Cour a indiqué en vertu de l'article 46 de la Convention que les réformes spécifiques de la législation ukrainienne et des pratiques administratives devaient être mises en œuvre de façon urgente. La Cour a fixé un délai de six mois au gouvernement pour fournir au Comité des Ministres la stratégie adoptée à cet égard. La nécessité de l'adoption de réformes spécifiques a déjà été soulignée dans de nombreux arrêts dans le groupe d'affaires Doronin.

En outre, la Cour a constaté une violation qui concerne les conditions de détention dans le centre de détention provisoire de Kiev en 2001-2003 (art. 3).

Etat d’exécution avant la réunion : Plan/bilan d'action attendu

Lien vers les documents pertinents

DH-DD(2011)705: Communication de l’Ukraine dans l’affaire Yuriy Nikolayevich Ivanov (Requête n° 40450/04) et Kharchenko contre l’Ukraine (Requête n° 40107/02)

Décisions

Les Délégués,

1. notent la nature structurelle du problème révélé dans la présente affaire qui nécessite la mis en œuvre rapide de réformes spécifiques par les autorités ukrainiennes ;

2. soulignent que la nécessité de telles réformes a déjà été mise en exergue dans un grand nombre d’arrêts dans le groupes d’affaires Doronin ;

3. soulignent l’importance de se conformer à l’arrêt dans le délai imparti et encouragent les autorités ukrainiennes à présenter leur stratégie en vue de résoudre ce problème structurel dans le délai fixé par la Cour, c'est-à-dire pour le 10 novembre 2011.

* * *

ROYAUME-UNI

Requêtes : 74025/01, 60041/08

Définitif le 06/10/2005, 11/04/2011

HIRST (n° 2) & Greens et M.T c. Royaume-Uni

Procédure soutenue

74025/01 Hirst n° 2, arrêt du 06/10/2005 - Grande Chambre

60041/08+ Greens et M.T., arrêt du 23/11/2010, définitif le 11/04/2011

Description des affaires : Interdiction générale de voter frappant automatiquement les requérants en raison de leur statut de personnes condamnées purgeant une peine de prison (violation de l'article 3 du Protocole nº 1). Arrêt pilote du 23/11/2010, Greens et M.T. (60041/08 et 60054/08, définitif le 11/04/2011).

Etat d’exécution avant la réunion : Mesures Individuelles : Au cas où les requérants seraient en détention, leur droit de vote dépendrait des mesures de caractère général adoptées (voir les §§72, 93 et 94 de l'arrêt dans Hirst).

Mesures Générales: plan/bilan d'action attendu.

Notes :

Comme indiqué par la Cour dans l’affaire Greens et M.T. et « souligné dans Hirst n° 2,  il existe de nombreuses manières d’organiser et de faire fonctionner les systèmes électoraux et une multitude de différences au sein de l’Europe notamment dans l’évolution historique, la diversité culturelle et la pensée politique, [qu’]il incombe à chaque Etat contractant d’incorporer dans sa propre vision de la démocratie ». La Cour rappelle que son rôle en ce domaine est subsidiaire : les autorités nationales sont, en principe, mieux placées qu’une cour internationale pour évaluer les besoins et conditions au niveau national et par conséquent, sur des questions de politique générale où les opinions au sein d’une société démocratique peuvent raisonnablement différer, une importance particulière devrait être donnée au rôle des décideurs nationaux. » (§113).

« …Si la Cour ne juge pas approprié de préciser la teneur des propositions législatives à venir, elle estime que le retard important constaté à ce jour montre la nécessité de fixer un calendrier pour introduire des propositions d’amendements de la loi électorale. » (§115)

Lors de leur 1115e réunion (juin 2011), les Délégués ont relevé que le Collège de la Grande Chambre a rejeté la demande de renvoi le 11 avril 2011, et qu'en conséquence l'arrêt pilote est devenu définitif le même jour. Ils ont noté de plus qu'aux termes du §115 de l'arrêt pilote, les autorités du Royaume-Uni ont jusqu'au 11 octobre 2011 pour introduire des propositions législatives en vue de l'adoption de dispositions électorales permettant d'assurer le respect des arrêts Hirst et Greens et M.T. dans le délai que déterminera le Comité des Ministres.

Le 26 juillet 2011, les autorités du Royaume-Uni ont soumis à la Cour européenne une demande de prolongation du délai prévu au §115 de l’arrêt pilote, dans l’attente de l’arrêt de Grande Chambre dans l’affaire Scoppola n° 3 contre Italie (voir DH-DD(2011)679). Elles indiquent aussi dans cette lettre avoir l’intention de demander à être autorisées à intervenir, par écrit et oralement, devant la Grande Chambre.

Le 30 août, la Cour européenne a répondu aux autorités du Royaume Uni (voir DH-DD(2011)679) en indiquant que le délai prévu au §115 de l’arrêt pilote a été prolongé pour une période expirant six mois après la date à laquelle l’arrêt de Grande Chambre dans l’affaire Scoppola n°3 contre Italie aura été rendu. L’intervention que sollicite le Royaume-Uni dans Scoppola n°3 contre l’Italie et l’octroi d’une prolongation du délai auront une incidence sur le calendrier et le contenu du plan d’action que les autorités doivent soumettre au Comité des Ministres.

Liens vers les documents pertinents :

Résolution intérimaire CM/ResDH(2009)160

Lien vers la dernière décision du Comité des Ministres - 1115e réunion DH (juin 2011)

DH-DD(2011)679 : Correspondance entre les autorités du Royaume-Uni et la Cour

    - Lettre de la Cour européenne aux autorités du Royaume-Uni du 26 juillet 2011

    - Lettre des autorités du Royaume-Uni à la Cour européenne du 10 août 2011

    - Lettre de la Cour européenne aux autorités du Royaume-Uni du 30 août 2011

Décisions

Les Délégués,

1. rappellent que l'arrêt pilote Greens et M.T. contre le Royaume-Uni est devenu définitif le 11 avril 2011 et, qu'aux termes du §115 de cet arrêt, les autorités du Royaume-Uni disposent jusqu'au 11 octobre 2011 pour introduire des propositions législatives en vue de l’adoption de dispositions électorales permettant d’assurer le respect des arrêts de la Cour Hirst n°2 et Greens et M.T. ;

2. notent que le 30 août 2011, la Cour européenne a répondu favorablement à la demande formulée par les autorités du Royaume-Uni de prolonger ce délai pour une période expirant six mois après la date à laquelle la Grande Chambre aura rendu son arrêt dans l’affaire Scoppola n° 3 contre l’Italie ;

3. décident de suspendre leur examen de ces affaires et de le reprendre lorsque l’arrêt de Grande Chambre dans l’affaire Scoppola n° 3 contre l’Italie aura été rendu ; dans l’attente, invitent les autorités du Royaume-Uni à tenir le Comité informé de tout développement.

C. Classification des affaires 3

Point 1

Classification des nouveaux arrêts devenus définitifs jusqu’au 10 juin 2011

(a) surveillance standard

Décision

Les Délégués,

1. notent que les arrêts suivants sont devenus définitifs avant le 10 juin 2011 ;

2. décident d’examiner ces affaires dans le cadre de la surveillance standard : liste des affaires.

(b) surveillance soutenue

Décision

Les Délégués,

1. notent que les arrêts suivants sont devenus définitifs avant le 10 juin 2011 ;

2. décident d’examiner ces affaires dans le cadre de la surveillance soutenue : liste des affaires.

* * *

Point 1. bis

Dispositions transitoires

Classification des autres affaires pendantes avant l’entrée en vigueur des nouvelles méthodes de travail

(a) surveillance standard

Décision

Les Délégués décident d’examiner les affaires suivantes dans le cadre de la surveillance standard :

liste des affaires

(b) surveillance soutenue

Décision

Les Délégués décident d’examiner les affaires suivantes dans le cadre de la surveillance soutenue :

liste des affaires.

D. Contrôle de paiement de la satisfaction équitable

Décisions

Les Délégués,

1. relèvent que dans les affaires ci-dessous, aucune information n’a été transmise au Comité des Ministres ou que l'information transmise au sujet du paiement de la satisfaction équitable octroyée par la Cour européenne est incomplète ;

2. invitent les États concernés à fournir sans attendre les informations attestant du paiement desdites sommes.

Lien vers la liste

E. Plans d'action

Liste d’affaires devenues définitives après l’entrée en vigueur des nouvelles méthodes de travail et pour lesquelles un plan d’action a été reçu depuis la dernière réunion

Décisions

Les Délégués,

1. notant que, dans les affaires indiquées ci-après, des plans d’action décrivant les mesures prévues pour se conformer aux arrêts de la Cour ont été présentés ;

2. invitent les autorités des États membres concernés à tenir le Comité des Ministres régulièrement informé des développements dans la mise en œuvre de ces plans d’action.

Application

Requête

Case

Affaire

Judgment of /

Arrêt du

Final on /

Définitif le

Ref. doc

BELGIUM AND GREECE / BELGIQUE ET GRECE

30696/09

M.S.S.

21/01/2011

Grand Chamber / Grande Chambre

- DH-DD(2011)566F: Belgium / Belgique

- DH-DD(2011)567F: Greece / Grèce

 

CROATIA /CROATIE

55164/08

A.

14/10/2010

14/01/2011

DH-DD(2011)613

 

CYPRUS AND THE RUSSIAN FEDERATION /CHYPRE ET LA FEDERATION DE RUSSIE

25965/04

RANTSEV

07/01/2010

10/05/2010

DH-DD(2011)633

Russian Federation / Fédération de Russie

 

GERMANY / ALLEMAGNE

32715/06

KUBLER

13/01/2011

13/04/2011

DH-DD(2011)646

20008/07

MAUTES

13/01/2011

13/04/2011

DH-DD(2011)653E

17792/07

KALLWEIT

13/01/2011

13/04/2011

DH-DD(2011)654E

6587/04

HAIDN

13/01/2011

13/04/2011

DH-DD(2011)655E

27360/04+

SCHUMMER (I AND II)

13/01/2011

13/04/2011

DH-DD(2011)656E

 

LITHUANIA / LITUANIE

34932/04

PAKSAS

06/01/2011

06/01/2011

DH-DD(2011)484E

 

MOLDOVA

49868/08

BORDEIANU

11/01/2011

11/04/2011

DH-DD(2011)579E

 

MONTENEGRO

49337/07

MIJUSKOVIC

21/09/2010

21/12/2010

DH-DD(2011)485E

17931/07

GARZICIC

21/09/2010

21/12/2010

DH-DD(2011)486E

 

PORTUGAL

775/08

MICHAEL DORE

01/02/2011

01/05/2011

DH-DD(2011)540F

 

SWITZERLAND / SUISSE

664/06

LOSONCI ROSE AND ROSE

09/11/2010

09/02/2011

DH-DD(2011)575F

 

“THE FORMER YUGOSLAV REPUBLIC OF MACEDONIA” / “L'EX-REPUBLIQUE YOUGOSLAVE DE MACEDOINE”

13886/02

ATANASOVIC AND OTHERS

(list of cases)

22/12/2005

12/04/2006

DH-DD(2011)524E

 

TURKEY / TURQUIE

71831/01

GÜNAYDIN TURIZM VE INŞAAT TICARET ANONIM ŞIRKETI

02/06/2009

21/06/2011

02/09/2009

DH-DD(2011)674F

27566/06

MUSA YILMAZ

30/11/2010

28/02/2011

DH-DD(2011)675E

(BATI AND OTHERS)

 

UKRAINE

16474/03

NAYDYON

14/10/2010

14/01/2011

DH-DD(2011)677E

17444/04

KORNEV AND KARPENKO

21/10/2010

21/01/2011

DH-DD(2011)676E

F. Adoption des résolutions finales

Décision

Les Délégués adoptent les résolutions finales figurant au document CM/Del/Dec(2011)1120 Volume Résolutions, au titre des arrêts figurant ci-dessous :

- Affaires contre l’Albanie

2141/03 Vrioni et autres, arrêt du 24/03/2009, définitif le 06/07/2009

54268/00 Qufaj Co. Sh.p.k., arrêt du 18/11/2005, définitif le 30/03/2005

- Affaires contre Andorre

38196/05 Vidal Escoll et Guillán González, arrêt du 29/07/2008, définitif le 26/01/2009

69498/01 Pla et Puncernau, arrêt du 13/07/2004, définitif le 15/12/2004 et du 10/10/2006 (article 41) – Règlement amiable

- Affaire contre l’Arménie

11724/04+ Nikoghosyan et Melkonyan, arrêt du 06/12/2007, définitif le 06/03/2008

- Affaires contre l’Autriche

14715/09 Yilmaz, décision du 28/09/2010

20201/04 Frodl, arrêt du 08/04/2010, définitif le 04/10/2010

- Affaire contre la Belgique

665/08 Hakimi, arrêt du 29/06/2010, définitif le 29/09/2010

- Affaires contre la Bosnie-Herzégovine

22893/05 Rodić et 3 autres, arrêt du 27/05/2008, définitif le 01/12/2008

30675/08 Zečević, Rasim Odobašić, Žarko ČuljaK, Ismet Kukrica et Adil Skorupan,

décision du 29/06/2010

- Affaires contre la Bulgarie

1143/03 Yordanov, décision du 06/07/2010

19671/05 Nikolov, décision du 08/06/2010

29834/05 Butrakov, décision du 29/06/2010

36318/05 Dukova, décision du 15/06/2010

9044/06 Boneva, décision du 01/06/2010

12109/06 Dinchev, décision du 31/01/2011

38066/06 Georgiev, décision du 05/10/2010

- Affaires contre la Croatie

29706/08 Dodoš, décision du 24/06/2010

32457/05 Gashi, arrêt du 13/12/2007, définitif le 13/03/2008 et du 09/10/2008, définitif le 09/01/2009

29182/03 Kozlica, arrêt du 02/11/2006, définitif le 02/02/2007

18421/05 Lesnina d.d., arrêt du 25/10/2007, définitif le 31/03/2008

71615/01 Mežnarić n° 1, arrêt du 15/07/2005, définitif le 30/11/2005

17117/06 Nikolac, arrêt du 10/07/2008, définitif le 01/12/2008

9204/04 Nogolica n° 3, arrêt du 07/12/2006, définitif le 07/03/2007

34499/06 Perić, arrêt du 27/03/2008, définitif le 27/06/2008

32668/02 Uljar et autres, arrêt du 08/03/2007, définitif le 08/06/2007

- Affaires contre la République tchèque

5935/02 Heglas, arrêt du 01/03/2007, définitif le 09/07/2007

7550/04 Reslová, arrêt du 18/07/2006, définitif le 18/10/2006

995/06 Andĕlová, arrêt du 286/02/2008, définitif le 29/09/2008

1633/05 Koudelka, arrêt du 20/07/2006, définitif le 20/09/2006

26141/03 Fiala, arrêt du 18/07/2006, définitif le 11/12/2006

26634/03 Kříž, arrêt du 09/01/2007, définitif le 09/04/2007

27726/03 Mezl, arrêt du 09/01/2007, définitif le 09/04/2007

14044/05 Zavřel, arrêt du 18/01/2007, définitif le 18/04/2007

- Affaires contre l’Estonie

40163/08 Nogisto, décision du 05/10/2010

21163/10 Pavlova, décision du 31/01/2011

54462/08 Valma, décision du 29/03/2011

- Affaires contre France

37786/97 Debboub Husseini Ali, arrêt du 09/11/99, définitif le 09/02/00

37794/97 Pannullo and Forte, arrêt du 30/10/01, définitif le 30/01/02

44081/98 Perhirin et 29 autres, arrêt du 14/05/02, définitif le 04/09/02, révisé le 08/04/03, définitif le 08/07/03

27928/02+ Broca et Texier-Micault, arrêt du 21/10/03, définitif le 21/01/04

35589/97 Kanoun, arrêt du 03/10/00, définitif le 03/01/01

71377/01 Watt, arrêt du 28/09/2004, définitif le 28/12/2004

49451/99 Blondet, arrêt du 05/10/2004, définitif le 05/01/2005

57470/00 Ouattara Amadou, arrêt du 02/08/2005, définitif le 30/11/2005

76093/01 Barbier, arrêt du 17/01/2006, définitif le 17/04/2006

67881/01 Gruais et Bousquet, arrêt du 10/01/2006, définitif le 10/04/2006

22945/02 Beaucaire, arrêt du 06/06/2006, définitif le 06/09/2006

40403/02 Pessino, arrêt du 10/10/2006, définitif le 12/02/2007

24488/04 Guillard, arrêt du 15/01/2009, définitif le 15/04/2009

40589/07 Sartory, arrêt du 24/09/2009, définitif le 01/03/2010

24997/07 Malet, arrêt du 11/02/2010, définitif le 11/05/2010, rectifié le 20/04/2010

28336/02 Grifhorst, arrêt du 26/02/2009, définitif le 26/05/2009 et du 10/12/2009 – Règlement amiable

39973/03 Moon, arrêt du 09/07/2009, définitif le 09/10/2009 and of 22/04/2010 - Règlement amiable

34875/07 Dumas, arrêt du 15/07/2010, définitif le 15/10/2010

19576/08 Daoudi, arrêt du 3/12/2009, définitif le 3/03/2010

5242/04 Dubus S.A., arrêt du 11/06/2009, définitif le 11/09/2009

73947/01 Zervudacki, arrêt du 27/07/2006, définitif le 27/10/2006

20335/04 Maire d’Eglise, arrêt du 20/11/2008, définitif le 20/02/2009

12697/03 Mamère, arrêt du 07/11/2006, définitif le 07/02/2007

- Affaires contre la Géorgie

30779/04 Patsuria, arrêt du 6/11/2007, définitif le 6/02/2008

18145/05 Gigolashvili, arrêt du 08/07/2008, définitif le 08/10/08

1704/06 Ramishvili et Kokhreidze, arrêt du 27/01/2009, définitif le 27/04/2009

41957/04 Kharitonashvili, arrêt du 10/02/2009, définitif le 10/05/2009

40022/05 Kobelyan, arrêt du 16/07/2009, définitif le 06/11/2009

28537/02 “Iza” Ltd et Makrakhidze, arrêt du 27/09/2005, définitif le 27/12/2005

2507/03 “Amat-G“ Ltd et Mebaghishvili, arrêt du 27/09/2005, définitif le 15/02/2006

16277/07 Kvitsiani, arrêt du 21/07/2009, définitif le 21/10/2009

69852/01 Kidzinidzé, arrêt du 29/01/2008, définitif le 07/07/2008

- Affaires contre l’Allemagne

44672/98 Herz, arrêt du 12/06/03, définitif le 03/12/03

58453/00 Niedzwiecki, arrêt du 17/10/2005, définitif le 15/02/2006

59140/00 Okpisz, arrêt du 25/10/2005, définitif le 15/02/2006, rectifié le 14/11/2005

35968/97 Van Kuck, arrêt du 12/06/03, définitif le 12/09/03

71440/01 Freitag, arrêt du 19/07/2007, définitif le 19/10/2007

8722/02 Becker, arrêt du 14/12/2006 – Règlement amiable

55809/00 Berger, arrêt du 14/06/2007 - Règlement amiable

59008/00 Siebert, arrêt du 23/03/2006 - Règlement amiable

58364/00 Lück, arrêt du 15/05/2008, définitif le 15/08/2008 – Radiation

65745/01 Dzelili, arrêt du 10/11/2005, définitif le 10/02/2006

- Affaires contre la Grèce

35533/04 Mamidakis, arrêt du 11/01/2007, définitif le 11/04/2007

65545/01 Rizos et Daskas, arrêt du 27/05/2004, définitif le 27/08/2004

32186/02 Agga n° 3, arrêt du 13/07/2006, définitif le 13/10/2006

33331/02 Agga n° 4, arrêt du 13/07/2006, définitif le 13/10/2006

32526/05 Sampanis et autres, arrêt du 05/06/2008, définitif le 05/09/2008

- Affaires contre l’Italie

39128/05 Lombardi Vallauri, arrêt du 20/10/2009, définitif le 20/01/2010

58295/00 Zagaria, arrêt du 27/11/2007, définitif le 07/07/2008

64215/01 De Trana, arrêt du 16/10/2007, définitif le 16/01/2008

30278/04 Ormanni, arrêt du 17/07/2007, définitif le 17/10/2007

30127/96 Sciortino, arrêt du 18/10/01, définitif le 27/03/02

68309/01 Cignoli et autres, arrêt du 09/12/2008, définitif le 09/03/2009, rectifié le 09/06/2009

71399/01 Bortesi et autres, arrêt du 10/06/2008, révisé le 08/12/2009, définitif le 08/03/2010

29290/02 Vessichelli, arrêt du 09/06/2009, définitif le 09/09/2009

38596/02 Mandola, arrêt du 30/06/2009, définitif le 30/09/2009

42021/02 Ricci et autres, arrêt du 06/10/2009, définitif le 06/01/2010

8061/05 Vacca, arrêt du 08/12/2009, définitif le 08/03/2010

21978/02 Serino Luigi n°3, arrêt du 12/10/2010, définitif le 12/01/2011

12151/86 F.C.B., arrêt du 28/08/91, Résolution DH(93)6 et Résolution intérimaire ResDH(2002)30

5941/04 Hu, arrêt du 28/09/2006, définitif le 28/12/2006

24691/04 Ali, arrêt du 14/12/2006, définitif le 14/03/2007

14405/05 Zunic, arrêt du 21/12/2006, définitif le 21/03/2007

19321/03 Pititto, arrêt du 12/06/2007, définitif le 12/11/2007

399/02 Bocellari et Rizza, arrêt du 13/11/2007, définitif le 02/06/2008

4514/07 Bongiorno et autres, arrêt du 05/01/2010, définitif le 05/04/2010

30506/07 Leone, arrêt du 02/02/2010, définitif le 02/05/2010

1905/05 Perre et autres, arrêt du 08/07/2008, définitif le 08/10/2008

15535/02 Chizzotti, arrêt du 02/02/2006, définitif le 03/07/2006

3649/02 Chiumiento, arrêt du 29/06/2006, définitif le 11/12/2006

3653/02 La Frazia, arrêt du 29/06/2006, définitif le 11/12/2006

17175/02 Calicchio et Urriolabeitia, arrêt du 29/06/2006, définitif le 11/12/2006

29871/02 Vertucci, arrêt du 29/06/2006, définitif le 11/12/2006

33447/02 Martellacci, arrêt du 28/09/2006, définitif le 26/03/2007

6597/03 Ciaramella Pietro, arrêt du 06/07/2006, définitif le 11/12/2006

- Affaire contre le Liechtenstein

32763/08 Schadler et autres, arrêt du 21/10/2010, définitif le 21/10/2010

- Affaires contre le Luxembourg

44978/98 Berlin, arrêt du 15/07/03, définitif le 15/10/03

13130/02 Dattel et autres, arrêt du 04/08/2005, définitif le 04/11/2005

40761/05 Bodeving, arrêt du 23/10/2008, définitif le 06/04/2009

30273/07 Leandro Da Silva, arrêt du 11/02/2010, définitif le 11/05/2010

38432/97 Thoma, arrêt du 29/03/01, définitif le 29/06/01

51772/99 Roemen et autres, arrêt du 25/02/03, définitif le 25/05/03

51773/99 Schaal, arrêt du 18/02/03, définitif le 18/05/03

302/04 Lemmer et Neiertz, arrêt du 13/05/2008 - Règlement amiable

- Affaire contre la Lituanie

17144/06 Aurimaa, décision du 08/06/2010

- Affaires contre Malta

17209/02 Adami Zarb, arrêt du 20/06/2006, définitif le 20/09/2006

7333/06 Lombardo et autres, arrêt du 24/04/2007, définitif le 24/07/2007

- Affaires contre Moldova

22742/06 Episcopia de Edineţ şi Briceni, décision du 07/09/2010

35316/06 Leagun, décision du 12/10/2010

24092/07 Munteanu, décision du 02/11/2010

18928/08 Straisteanu, décision du 06/07/2010

- Affaire contre Monaco

43376/06 Prencipe, arrêt du 16/07/2009, définitif le 16/10/2009

- Affaire contre le Monténégro

17931/07 Garzicic, arrêt du 21/09/2010, définitif le 21/12/2010

- Affaire contre les Pays-Bas

50210/99 Doerga, arrêt du 27/04/2004, définitif le 27/07/2004

- Affaires contre la Pologne

42049/98 Związek Nauczycielstwa Polskiego, arrêt du 21/10/2004, définitif le 02/02/2005

28358/95 Baranowski, arrêt du 28/03/00

39598/98 Hulewicz, arrêt du 23/02/2006, définitif le 23/05/2006

21508/02 W.S., arrêt du 19/06/2007, définitif le 24/09/2007

46917/99 Stankiewicz, arrêt du 06/04/2006, définitif le 06/07/2006

74168/01 Wilkowicz, arrêt du 04/11/2008, définitif le 04/02/2009

22695/03 Demski, arrêt du 04/11/2008, définitif le 04/02/2009

11300/03 Kachan, arrêt du 03/11/2009, définitif le 03/02/2010

39510/98 A.S., arrêt du 20/06/2006, définitif le 23/10/2006

26624/95 Worwa, arrêt du 27/11/2003, définitif le 14/06/2004

37522/02 Zmarzlak, arrêt du 15/01/2008, définitif le 15/04/2008

54723/00 Brudnicka et autres, arrêt du 03/03/2005, définitif le 03/06/2005

63131/00 Gębura, arrêt du 06/03/2007, définitif le 06/06/2007

49913/99 Zielonka, arrêt du 08/11/2005, définitif le 08/02/2006

38797/03 Ambruszkiewicz, arrêt du 04/05/2006, définitif le 23/10/2006

22755/04 Chruściński, arrêt du 06/11/2007, définitif le 06/02/2008

- Affaires contre le Portugal

10418/03 Panasenko, arrêt du 22/07/2008, définitif le 22/10/2008

35228/03 Bogumil, arrêt du 07/10/2008, définitif le 06/04/2009

38830/97 Czekalla, arrêt du 10/10/02, définitif le 10/01/03

15777/89 Matos and Silva et 2 autres, arrêt du 16/09/96

29813/96+ Almeida Garret, Mascarenhas Falcão et autres, arrêt du 11/01/00 et arrêt du 10/04/01

53468/99 Mora Do Vale et autres, arrêt du 29/07/2004, définitif le 29/10/2004 et du 18/04/2006, définitif le 18/07/2006

61009/00 Geraldes Barba, arrêt du 04/11/2004, définitif le 04/02/2005

69338/01 Calheiros Lopes et autres, arrêt du 07/06/2005, définitif le 07/09/2005

31276/05 Women on Waves et autres, arrêt du 03/02/2009, définitif le 03/05/2009

39005/04 Santos Pinto, arrêt du 20/05/2008, définitif le 20/08/2008

- Affaires contre la Roumanie

3729/03 Şerban, arrêt du 19/01/2010, définitif le 19/04/2010

9410/04 Niţă Lefter, arrêt du 06/04/2010, définitif le 06/07/2010

6817/02 Iordache, arrêt du 14/10/2008, définitif le 14/01/2009

74785/01 Năstase-Silivestru, arrêt du 4/10/2007, définitif le 4/01/2008

- Affaires contre la Fédération de Russie

74826/01 Shofman, arrêt du 24/11/2005, définitif le 24/02/2006

73043/01 Arshinchikova, arrêt du 29/03/2007, définitif le 29/06/2007

21851/03 Bezymyannaya, arrêt du 22/12/2009, définitif le 22/03/2010

58254/00 Frizen, arrêt du 24/03/2005, définitif le 30/11/2005

58255/00 Prokopovich, arrêt du 18/11/2004, définitif le 18/02/2005

- Affaire contre la Serbie

29978/07 Čolić et Lazić, décision du 14/09/2010

- Affaires contre la République slovaque

72208/01 Klein, arrêt du 31/10/2006, définitif le 31/01/2007

24530/94 Vodeničarov, arrêt du 21/12/00

42472/98 Tkáčik, arrêt du 14/10/03, définitif le 24/03/04

50213/99 Tám, arrêt du 22/06/2004, définitif le 10/11/2004

48666/99 Kučera, arrêt du 17/07/2007, définitif le 17/10/2007

14893/02 Haris, arrêt du 06/09/2007, définitif le 06/12/2007

- Affaires contre l’Espagne

58438/00 Martínez Sala et autres, arrêt du 02/11/2004, définitif le 02/02/2005

66990/01 Soto Sanchez, arrêt du 25/11/03, définitif le 25/02/04

- Affaire contre la Suède

47473/99 Hellborg, arrêt du 28/02/2006, définitif le 28/05/2006

- Affaires contre la Suisse

29002/06 Schlumpf, arrêt du 08/01/2009, définitif le 05/06/2009

27798/95 Amann, arrêt du 16/02/00 - Grande Chambre

77551/01 Dammann, arrêt du 25/04/2006, définitif le 25/07/2006

31827/96 J.B., arrêt du 03/05/01, définitif le 03/08/01

35865/04 Foglia, arrêt du 13/12/2007, définitif le 13/03/2008

55894/00 Fuchser, arrêt du 13/07/2006, définitif le 13/10/2006

43874/98 Linnekogel, arrêt du 01/03/2005, définitif le 01/06/2005

55705/00 McHugo, arrêt du 21/09/2006, définitif le 21/12/2006

39051/03 Emonet et autres, arrêt du 13/12/2007, définitif le 13/03/2008

55525/00 Hadri-Vionnet, arrêt du 14/02/2008, définitif le 14/05/2008

61697/00 Meloni, arrêt du 10/04/2008, définitif le 10/07/2008

- Affaires contre « l’ex-république yougoslave de Macédoine »

23018/07+ Andovska et autres et Atanasova, décision du 08/06/2010

23761/07 Apostolovski, décision du 08/06/2010

25695/07 Dooel “I Trans”, décision du f 08/06/2010

22226/07 Dukoski, décision du 08/06/2010

9321/07 Naumovski, décision du 08/06/2010

25689/07 Ristova et autres, décision du 08/06/2010

31631/07 Ristovska et autres, décision du 08/06/2010

25692/07 Stefanovska, décision du 08/06/2010

22723/07 Štrbevski, décision du 08/06/2010

10289/07 Vanevi, décision du 08/06/2010

- Affaires contre la Turquie

32580/96 Koç Ahmet, arrêt du 22/06/2004, définitif le 22/09/2004

74507/01 Aslan Mahmut, arrêt du 02/10/2007, définitif le 02/01/2008

583/03 Demirören, arrêt du 02/06/2009, définitif le 02/09/2009

1180/04 Kuyu, arrêt du 28/04/2009, définitif le 28/07/2009

13467/05 Singar, arrêt du 22/09/2009, définitif le 22/12/2009

15179/02 Koç et Yürek, arrêt du 21/07/2009, définitif le 21/10/2009

21213/03 Bozkurt Yılmaz, arrêt du 02/06/2009, définitif le 02/09/2009

22920/04 Büyükdağ Yusuf, arrêt du 27/10/2009, définitif le 27/01/2010

23707/02 Yürük, arrêt du 20/10/2009, définitif le 20/01/2010

23327/05 Bilget, arrêt du 23/06/2009, définitif le 23/09/2009

18387/02 Abi et autres, arrêt du 13/10/2009, définitif le 13/01/2010

17727/02 Dün, arrêt du 21/07/2009, définitif le 21/10/2009, rectifié le 06/11/2009

17251/03 Alpdemir Yılmaz, arrêt du 23/02/2010, définitif le 23/05/2010

9362/04 Kabul et autres, arrêt du 03/11/2009, définitif le 03/02/2010

39686/02 Oral et Atabay, arrêt du 23/06/2009, définitif le 23/09/2009

43526/02 Polat Aytan et Polat Ömer, arrêt du 16/06/2009, définitif le 16/09/2009

19520/02 Senaş Servis Endüstrisi A.Ş., arrêt du 21/10/2008, définitif le 06/04/2009

54902/00 Gülşen et autres, arrêt du 03/05/2007, définitif le 03/08/2007, rectifié le 04/03/2008

43227/04 Bildirici, arrêt du 08/06/2010, définitif le 08/09/2010

41479/05 Üçpınar, arrêt du 21/07/2009, définitif le 21/10/2009

41054/98 Terece et autres, arrêt du 24/10/2006, définitif le 24/01/2007, rectifié le 16/10/2007

33433/02 Çirak et autres, arrêt du 22/07/2008, définitif le 26/01/2009, rectifié le 31/07/2009

26828/03 Kurt et Firat, arrêt du 21/04/2009, définitif le 21/07/2009

3816/03 Atalay Memet Siret, arrêt du 31/03/2009, définitif le 14/09/2009

783/03 Özer Kemal et autres, arrêt du 20/10/2009, définitif le 20/01/2010

30302/03 Doğangün, arrêt du 02/06/2009, définitif le 02/09/2009

15121/03 Erdoğan et Fırat, arrêt du 02/06/2009, définitif le 02/09/2009, révisé le 20/07/2010, définitif le 20/10/2010

51358/99 Paşa et Erkan Erol, arrêt du 12/12/06, définitif le 23/05/07

33340/03 Bahçeci et Turan, arrêt du 16/06/2009, définitif le 16/09/2009

7076/05 Akbulut, arrêt du 01/12/2009, définitif le 01/03/2010

37215/04 Aldemir, arrêt du 22/09/2009, définitif le 22/12/2009

8296/05 Yeşilyurt et Tutar, arrêt du 20/10/2009, définitif le 20/01/2010

- Affaires contre le Royaume-Uni

60958/00 S.C., arrêt du 15/06/2004, définitif le 10/11/2004

40426/98 Martin, arrêt du 24/10/2006, définitif le 24/01/2007

32570/03 Grant, arrêt du 23/05/2006, définitif le 23/08/2006

61827/00 Glass, arrêt du 09/03/2004, définitif le 09/06/2004

25680/94 I., arrêt du 11/07/02 - Grande Chambre

28957/95 Goodwin Christine, arrêt du 11/07/02 - Grande Chambre

44362/04 Dickson, arrêt du 04/12/2007 – Grande Chambre

44647/98 Peck, arrêt du 28/01/03, définitif le 28/04/03

39665/98+ Ezeh and Connors, arrêt du 09/10/03 - Grande Chambre

46387/99+ Whitfield et autres, arrêt du 12/04/2005, définitif le 12/07/2005

56745/00 Black, arrêt du 16/01/2007, définitif le 16/04/2007

60682/00 Young, arrêt du 16/01/2007, définitif le 16/04/2007

46295/99 Stafford, arrêt du 28/05/02 - Grande Chambre

75362/01 Von Bülow, arrêt du 07/10/03, définitif le 07/01/04

67385/01 Wynne n°2, arrêt du 16/10/03, définitif le 16/01/04

19365/02 Hill, arrêt du 27/04/2004, définitif le 27/07/2004

25594/94 Hashman et Harrup, arrêt du 25/11/99 - Grande Chambre

Résolution intérimaire ResDH(2005)59

11002/05 Associated Society of Locomotive Engineers and Firemen (ASLEF), arrêt du 27/02/2007, définitif le 27/05/2007

42509/05 Crompton, arrêt du 27/10/2009, définitif le 10/05/2010

3383/06 Bullen et Soneji, arrêt du 08/01/2009, définitif le 08/04/2009, rectifié le 27/01/2009

19956/06 S.H., arrêt du 15/06/2010, définitif le 15/09/2010

30668/96+ Wilson and the National Union of Journalists, Palmer, Wyeth and the National Union of Rail, Maritime and Transport workers, Doolan et autres, arrêt du 02/07/02, définitif le 02/10/02

ANNEXES

Annexe 1 Liste globale d’affaires pour lesquelles un plan d’action plan / bilan d’action a été reçu depuis la dernière réunion : liste révisée

Annexe 2 liste des affaires payées

Annexe 3 Liste d'affaires en attente d'une résolution finale

(anciennes affaires sous l’ex-rubrique 6.2, antérieure à l’adoption des nouvelles méthodes de travail) arrêtée au 31/12/2010.

- Nombre d’affaires au 31/12/2010 : 590

- Nombre d’affaires au 02/09/2011 : 233

1 Cette requête a été introduite contre l'Italie et l'Albanie, mais la Cour européenne n'a constaté aucune violation à l'encontre de l'Italie.

2 Abuyeva et autres, Isayeva, Khadisov et Tsechoyev, Sadykov, Bazorkina, Akhmadova et autres.

3 Ainsi qu’énoncé au paragraphe 10 du document CM/Inf/DH(2010)45 final, tel qu’approuvé par les Délégués lors de leur 1100e réunion (décembre 2010) (DH) (point e) les Délégués ont décidé « que les indicateurs pour placer les affaires sous la procédure de surveillance soutenue seront les suivants :
- arrêts impliquant des mesures individuelles urgentes ;
- arrêts pilotes ;
- arrêts révélant d’importants problèmes structurels et/ou complexes tels qu’identifiés par la Cour et/ou le Comité des Ministres ;
- affaires interétatiques.
En outre, le Comité des Ministres peut décider d’examiner toute affaire dans le cadre de la procédure soutenue à l’initiative d’un État membre ou du Secrétariat. Cette demande pourra être soumise à tout stade du processus de surveillance. Les Etats membres et le Secrétariat devraient garder à l’esprit les indicateurs sélectionnés lorsqu’ils demandent qu’une affaire soit examinée sous la procédure soutenue. »



 Haut de page

 

  Documents liés
 
   Réunions
 
   Documents connexes