Günther Krug : « L’expérience de nos membres en tant qu’élus territoriaux sera valorisée grâce à la réforme»

      Pour le Vice-président Günther Krug (Allemagne), Co-rapporteur sur la réforme, le Congrès du Conseil de l’Europe est une structure unique et irremplaçable, la seule à réunir tous les élus locaux et régionaux européens sous un même toit. Mais le Congrès peut encore gagner en efficacité, notamment en valorisant mieux les compétences et l’expérience de tous ses membres. C’est l’objectif du projet de réforme qui sera présenté en octobre 2010, lors de la 19ème Session.

      Interview – 12 août 2010

      Question : Dans quel esprit abordez-vous le projet de réforme du Congrès, et comment voyez-vous son avenir ?

      Günther Krug : J’ai énormément appris au Congrès, et je le considère comme un élément fondamental de la construction européenne. Ses travaux permettent de renforcer la démocratie locale, or c’est cette démocratie de proximité qui constitue la base de toute politique. La réforme doit lui permettre de travailler plus efficacement, mais aussi plus collectivement. Actuellement, de nombreux rapports sont élaborés, mais nous devons davantage impliquer les membres dans les dossiers et les travaux. Ils représentent plus de 200 000 collectivités de 47 pays européens et leur expérience pratique constitue un atout considérable que nous devons valoriser.

      Question : Quelles méthodes préconisez-vous pour parvenir à cet objectif ?

      Günther Krug : Nous devons renforcer la participation des membres dans les activités du Congrès et permettre à chacun d’eux de s’exprimer et contribuer aux travaux. Pour cela, il faut, par exemple, prévoir une rotation des membres sur les rapports ou lors des missions d’observation des élections. Cela passe sans doute par une révision du règlement intérieur. En outre, la prolongation du mandat des membres de 2 à 4 ans permettrait d’assurer une plus grande continuité dans l’appartenance au Congrès et donc, d’optimiser l’expertise acquise.

      Question : Vous exprimez votre enthousiasme pour les travaux du Congrès, mais ce dernier est-il suffisamment connu et soutenu en Europe ?

      Günther Krug : Nous devons poursuivre notre coopération avec le Comité des Régions de l’Union européenne, mais aussi développer encore nos actions de communication. Même si les associations de pouvoirs locaux nous soutiennent activement,, comme en Allemagne par exemple, nous devons nous faire mieux connaître et renforcer nos réseaux de coopération. Je viens de l’est de l’Allemagne et, avant 1989, les projets réalisés par le Congrès nous auraient semblé des rêves utopiques… alors qu’ils sont devenus réalité ! Il ne faut jamais oublier le rôle que joue l’Europe, notamment le Conseil de l’Europe, pour la démocratie, et il faut se souvenir aussi que la paix et la démocratie commencent au niveau local.



 Haut de page